Partagez | 
 

 PV Oberon | Au rapport, Sire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité

MessageSujet: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
14.05.14 14:14


Réticence et lâcheté présentes.

Feat Oberon.


Depuis combien de temps Jolhane n'est pas revenue au sein du palais ? Les jours se sont écoulés depuis la mission d'en apprendre plus sur les chambardements en Kireïde donc du fameux kidnapping et l'avènement des monstres dans Meinarest. La mercenaire n'ose pas rentrer bredouille et voir que les terres où elles résident sont déjà envahies. Oui, elle fuit, opiniâtrement et lâchement. Elle ne veut pas se confronter à son roi. Alors elle travaille d'arrache-pied en tant que mercenaire au point que son groupe perde encore plus en popularité. Cela fait des nuits qu'elle ne parvient pas à oublier la rencontre avec ces monstruosités, qu'elle doit se faire à l'idée qu'elle a échoué sur tous les points. Alors elle évite le pays ou du moins la capitale.

Et pourtant la voilà, esseulée, telle une enfant sur le point d'être réprimandée. Elle le sait. La mercenaire n'a fait qu'aggraver la situation, accentuer sa faiblesse, sa honte et briser sa fidélité envers le roi Oberon. Le cercle est vicieux. Mais que fait-elle alors devant les grandes potes du palais attendant que le garde vérifier son identité et la laisser pénétrer au sein de murs emplis de magie ? Juste que son seingeur a décidé de provoquer les choses. Ellle ne sait comment mais il est parvenu à la retrouver parmi la cambrousse et la pampa. Un messager, surement revenu en mauvais état vu l'accueil de la myrmidon à la capitale, est parvenu à lui transmettre les paroles du roi, la sommant de rentrer au plus vite pour un rapport et une discussion au préalable. Rien de rassurant, n'est-il pas ?

Les portes s'ouvrent et la voilà parmi la rutilante demeure de son roi. Elle ne s'y fait toujours pas et rougit quand elle se voit, elle et sa dégaine de rustre des plaines sur la surface du sol brillante et nette. Mon dieu, quelle tâche qu'elle doit être. Tanpis. Une inspiration forte se fait et la voilà, marchant d'un pied ferme vers son point de rendez-vous. Ni une ni deux, il faut en finir. La pression est trop grande alors elle frappe la porte de la salle où attend Sire Oberon et ouvre sans patienter, sans attendre le moindre signe avant coureur pour se retrouver dans une table où sont servis des vivres à faire baver plus d'un.

« - Mais que... ? Oberon-sama ? Êtes-vous là ? Que cela veut-il dire ? »


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
15.05.14 16:42

au rapport, sire




L'ambiance aurait pu chuter, devenir morne voir morbide dès la vive et brusque apparition de ces nombreuses créatures sur les terres de Meinarest. Chaque nation réagit du mieux qu'elle peut mais en Asmosa, rien ne change. Jamais. Le temps s'évertue de couler comme si de rien était, comme si aucun incident n'avait frappé les lieux. Le roi lui-même n'a daigné ne faire aucun discours, pas même une prise de parole afin de rassurer les foules qui semblent elles aussi peu enclin à une quelconque angoisse. Seule la surveillance et les tours de garde des soldats ont été amplifiés, augmentés. Mais aujourd'hui, le sorcier décide enfin de regarder les choses en face, d'observer la situation sans prendre de pincettes.

L'homme c'est levé ce matin là comme si de rien était. Fin prêt, il avait eu de nombreuses réunions à suivre avec plus ou moins d'intérêt. Certaines le voyaient fortement impliqué tandis que d'autre bien plus avachi sur sa chaise, telle une larve dénuée de dignité. Car Oberon est un homme spécial, un être ne choisissant toujours que ce qui l'intéresse de son unique point de vue. A quoi bon perdre son temps déjà frêle pense-t-il sans aucune gêne. Puis voilà le moment tant attendu. Suite à une visite à la jeune fille vivant au château depuis peu, le mage avait rejoint ses appartements. L'odeur intense des mets préparés embaument la totalité de la pièce. La table est-elle préparé avec soin ; une épaisse nappe blanche, des assiettes toutes plus pleines les unes que les autres puis des bougies, d’innombrables petites sources de lumière peu utiles en cette pleine journée. Le détail est important et le sorcier ne lésine pas sur le sujet.

Le voilà face à la fenêtre de la pièce, la plus grande. Les mains jointes dans son dos, le souverain observe son royaume de ce point de vue en hauteur, loin de tout. Un son, une porte qui s'ouvre. La voix de la mercenaire finit même par se faire entendre et pourtant, aucun mouvement n'a lieu au sein du corps du magicien. Rien. « Je suis là. Entrez ma chère. Entrez. » dit-il sur un ton neutre, un serviteur désignant de la main une chaise non loin de la table à l'invitée. Dès cela fait, le domestique se retire en silence, laissant les deux protagonistes seuls. « Si longtemps que nous nous sommes pas vus que je pensais adéquat de préparer un bon repas, vous comprenez. » Une petite rotation du corps, Oberon finit par prendre place en offrant qu'un simple coup d’œil vers Jolhane. « Comment allez-vous ? »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
16.05.14 11:57


Une adulte boudeuse.

Feat Oberon.


Et une réplique anodine qui perce l'âme de la mercenaire qui émet une grimace gênée par réflexe. Mais le regard ne défaille pas, fixant son roi sans aucune méfiance. Elle est là dans la fosse alors autant y survivre. Voir le sorcier avenant soulage doucement les épaules crispées de son bras droit, qui retient un soupir soulagé. Mais l'alerte est toujours là, l'esprit est sur le qui vive trop même. C'est fou comme l'effroi peut altérer même un mur de rigueur d'une fissure qui peut se muer en faille. Un serviteur arrive, faisant quasi sursauter la future interrogée, trop focalisée sur le seigneur d'Asmosa. Les pas se suivent et la voilà installée devant le repas qu'elle partagera avec le sire Oberon. Cela doit être la première fois qu'elle a la permission de manger auprès de lui à la même table. Si cela la dérange ? Très peu. Mais l'habitude de rester dans l'ombre demeure, les mains se collent alors aux cuisses sans oser prendre les couverts. La préférence est d'attendre que le maître des lieux se serve d'abord. L'anxiété n'est que légère. Jolhane remercie son éducation noble durant son enfance pour parvenir à ne pas agir de manière maladroite.

Puis la question tombe, une seule, une unique qui parvient à ébranler le peu de détermination que la myrmidon préserve. Bien qu'elle ne cède pas sous le regard singulièrement serein du roi Oberon, les poings se serrent. Le visage reste droit et levé mais l'âme adulte redevient enfantine. Que répondre ? Après tout, ne va-t-elle justement pas bien ? Hantée par ces monstres, obnubilée par l'absence de réponses, éveillée par cette discussion qu'elle a toujours repoussée, Jolhane ne sait quoi répondre. Un silence s'installe. Mais la réponse doit venir. Alors les lèvres se descellent et la vérité se dévoile sans se soucier de la présence des domestiques :

« - Guère bien, mon seigneur. Je m'acharne autant que je peux pour oublier mes faiblesses, pour ne plus penser aux horreurs que j'ai rencontré à la capitale des Algiz, pour ne pas avoir honte de n'avoir pu conclure la mission que vous m'aviez donné. »

Voilà les mots, les sentiments font cartes sur table et cette fois alors que la réalité sort enfin, le regard ne parvient plus à soutenir celui du souverain. Alors il se baisse, embarrassé. Même les divers plats appétissants semblent bien lointain. Plus que la réponse à attendre. La patience est mise à mal, même si ce n'est que pour une poignée de seconde. Faillir dans tous les domaines est une honte, un blâme qui ne s'effacent dans un claquement de doigts. Alors que dira le roi alors qu'il a devant lui un porte-parole peu fiable ? L'honneur est opprimé. La fierté se brise quand la fine lame se rend compte qu'elle a réduit aussi sa réputation en tant que mercenaire.


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
16.05.14 15:18

au rapport, sire




Le souverain est à présent à table, les jambes croisés le mage voit ses deux coudes se positionner sur les accoudoirs pour finalement venir joindre les mains avec une certaine lenteur. Son regard ne lâche pas l'attitude, la façon d'être, les gestes de son invitée de la journée tout du moins, pour le repas. Sur son faciès, rien ne transparaît. Le roi conserve une neutralité absolue ainsi qu'un très fin rictus sur ses lèvres. Elle s'assoit puis le sorcier siège d'autant plus son attention sur elle tandis que le domestique encore présent remplir les verres des deux protagonistes d'un excellent cru de vin rouge. L'homme finit par se retirer sans prononcer un mot ou une once de syllabe afin de signaler ce départ. Observation. Analyse. Oberon semble comme persuadé que l'état mental de la demoiselle n'est pas au beau fixe.

Elle paraît comme anxieuse, peu à l'aise face à cette invitation. Mais le sorcier ne daigne montrer aucune réaction quant à cette découverte. Surtout se contenter de faire comme si de rien était. D'un simple coup de fourchette, la main mène une tomate cerise à la bouche du roi. Sans vergogne ses dents assaillent l'aliment. La réponse offerte par son vis à vis ne le surprend guère car au fond, que pourrait-elle dire d'autres dans une telle situation ? Une fois le fruit avalée, il reprend la parole. Quel noble oserait parler la bouche pleine. « Ma douce, ne vous blâmez dont pas et mangez quelque chose. Il faut savoir passer outre l'adversité, outre la difficulté qui nous accable. Je vous pensais plus forte que cela, les épaules plus solides. » Les derniers propos sont comme un pique ciblé sur la mercenaire mais il ne s'arrête pas là. « D'autant plus que vous n'avez en rien échoué de mon point de vue. Vous n'étiez là-bas que pour être mes yeux. Jamais, ô grand jamais je ne vous ai demandé de sauver cette écervelée de Kireïde. »

Une gorgée de vin par la suite, hydratant un peu la bouche sèche du magicien. Un petit son se fait entendre au moment où le pied de la coupe percute la nappe. « Relevez les yeux. » Un ordre, pas une demande. Le ton de l'homme se veut comme plus dur, plus exigeant. Aucune agressivité pour autant, son attitude arbore un air plus paternel, à la manière d'un parent disputant son enfant pour une erreur, une faute. Les sourcils du souverain sont froncés, un peu puis beaucoup. « Vous n'êtes pas dans mes petits papiers pour rien Jolhane. Aillez un peu de confiance en vos actes face à ma personne. » Puis le calme plat, une bouchée du poulet face à lui, comme si de rien était. « Ne perdons pas de temps à cerner si oui ou non vous avez été lâche jusqu'à aujourd'hui car nous connaissons tous les deux la réponse. Vous l'avez été. Mais soit. » Un rapide mouvement de la main. « Venons-en au sujet intéressant, parlez moi de ces créatures. Comment sont-elles apparues ? »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
16.05.14 20:00


Une enfant courroucée.

Feat Oberon.


La pendaison semble bien douce face aux répliques du roi. Les mots claquent telle une torture bien sèche. La fierté se tâche de cicatrices qui ne s'effaceront pas de si tôt. Le sorcier semble avoir de l'appétit alors que la colère anime le ventre de la mercenaire, au point de se tordre douloureusement. Pas sûr qu'il soit bon qu'elle mange de suite. Le visage ne se renfrogne pas à chaque attaque verbale. La vérité est dite alors pourquoi la nier ? Mais Jolhane n'est qu'une idiote d'humain dont l'honneur est mis à mal. Elle se l'avoue elle-même, nul besoin d'asséner le coup de grâce. Mais le seigneur semble vouloir lui faire comprendre qu'elle n'a été que déception. Il a espéré mieux et elle a failli. La honte est insupportable mais le silence est là. Les jointures blanchissent pour retenir toutes les piques qui ne désirent que souffler le minois d'un roi si paisiblement installé dans son palais.

Ce même suzerain qui ignore que son bras droit est aussi une kireïdienne d'origine la blesse davantage en montrant ce visage dédaigneux envers une inconnue. Jolhane n'a jamais apprécié ce trait chez son souverain. Elle lui a toujours dit mais peut-elle répliquer en ce moment-même ? Non. Vu ses bévues, elle n'est qu'une enfant qui se fait rouspéter en bonne et due forme, trop même. La mercenaire ferme les yeux, le corps se crispe. La sensation des mains disparaît tant les nerfs travaillent. Puis un ordre tombe, augmentant la frustration de la jeune femme, qui s'exécute à contre cœur. Elle regrette de suite son geste. Elle n'apprécie pas du tout qu'on lui assène à nouveau ses propres critiques, qu'on l'enlise encore plus qu'elle ne l'est. Mais le regard ne s'abaisse pas bien que le poing désire redessiner le portrait d'un roi donneur de leçon.

Puis brusquement jetant le sujet comme devenu inintéressant, le sire Oberon pose alors des questions sur les créatures. Les yeux s'écarquillent. Comment peut-il ne pas s'inquiéter pour l'état de la mercenaire ? Est-ce là digne d'un comportement d'un roi ? Est-il de l'engeance du roi Phoebus capable d'abandonner toute une famille sans s'en soucier ? Ou s'agit-il d'un comportement qu'un roi se doit de posséder ? Sans toujours à la nourriture du moins se permettant d'aller une cuillerée de soupe digeste, sachant qu'elle risque encore de se voir critiquer pour ne pas faire honneur au dîner, elle répond les yeux rivés sur son roi.

« - De nulle part, c'est cela qui est effrayant en soi. Un cri strident inhumain a résonné et ces êtres verdâtres sont surgis des rues comme s'ils étaient présents parmi la ville, attendant juste un signal. Je me suis battue avec une camarade puis à nouveau ce son suraigu et les créatures immondes ont commencé à briser leur rang chaotique. Comme si quelqu'un les dirigeait. Je n'en sais pas plus. »

Un frisson la parcoure alors qu'elle fait état de ses pensées, des réflexions qui ont hanté ses nuits, aux images qui ont marqué son esprit encore et encore au poins que le sommeil ne parvient plus à suffisamment lui apporter du repos. Pour cacher ce désarroi, cette fois, la cuillère s'acharne et voilà, une entrée bien entamée.


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
19.05.14 8:59

au rapport, sire




Jamais, ô grand jamais le souverain prend la peine d'user de pincettes afin de s'adresser aux siens. Que cela soit positif ou non, tourner autour du pot est une chose qu'il exècre, que le mage déteste au plus haut point. Cela n'est qu'une perte inutile de temps à vouloir ne pas vexer l'un ou l'autre s'évertue-t-il à penser depuis de très nombreuses années et d'autant plus dès lors qu'il est devenu roi de cette nation qu'il chérit tant. L'homme constate, ne passe pas au dessus des diverses réactions de la demoiselle face à sa personne. Un corps crispé ou des yeux écarquillés, de telles attitudes lui décroche même un fin rictus peu dissimulé, comme si la chose n'inquiétait en rien le sorcier, bien au contraire, qu'il en serait presque ravi et satisfait. Puis une nouvelle bouchée de son repas, puis une autre. Le goût est délicieux, Oberon se délecte tandis que la mercenaire lui offre une réponse quant à sa question.

Le regard se redresse vers son vis à vis, se figeant à nouveau dans les yeux de Jolhane, en compagnie d'une expression neutre. Un mouvement lent par la suite, empoignant la serviette en tissus afin de nettoyer le contour de sa bouche dans de petits gestes bien que ses lèvres n'étaient en rien salies par son repas. « Vous en savez déjà bien assez ma Chère, je vous en félicite. Vous avez su vivre cet enfer et revenir en un seul morceau. Vous avez de quoi vous sentir fière. » Une fine gorgée de vin, achevant le fond de la coupe. « A la manière d'un cauchemar ces choses sont donc apparus sur tout Meinarest. En voilà un fait étonnant, comment est-ce possible... » Sa main droite se hisse jusqu'à son menton, l'attrapant avec douceur afin de lui donner l'apparence d'un penseur. « Asmosa est encore relativement épargné et pourtant, ils ne sont pas à prendre à la légère, pas du tout. » 

Bien que les mots quittent ses lèvres, que les inquiétudes se font entendre, l'apparence et la manière d'être du souverain ne montre rien de particulier et semble même en totale opposition avec ses propos. Son allure est neutre, posée comme si le danger qu'il aborde n'est point extrême ou omniprésent. Les coudes sur les accoudoirs de sa chaise, Oberon joint les mains tout en ne lâchant pas des yeux la jeune femme face à lui. « Nous allons essayer d'en savoir plus mais pour l'instant, inutile de mettre toute la nation en alerte, c'est certain. » Et un sourire, un doux rictus sur son faciès. « Et Ilmyde, la surprise a dû être massive. Comment s'en sont-ils sortis ? »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
24.05.14 9:50


Mieux vaut guérir que périr.

Feat Oberon.


Les mots s'ensuivent, perturbants, ensorceleurs. Les couverts ne bougent plus. Le repas est bien frugal pour Jolhane, n'ayant guère l'habitude de voir une table aussi garnie juste pour deux personnes. L'habitude de la vie de mercenaire l'aide aussi à subsister même avec un repas composé de rations. Ce n'est sans compter sur la conversation qui n'est que peu réjouissante aux oreilles de la jeune femme, qui ne s'est pas détendue. Même le compliment ne la flatte. Un sourcil se lève interrogateur. Elle a fui, elle n'a pas demandé son reste dès lors que la myrmidon eut rencontré les viles créatures. En quoi elle devrait être fière d'avoir survécu ? Ils le savent tous les deux seule sa lâcheté a été signe de sa survie. Ce n'est digne du bras droit. Mais il est temps d'avancer de ne plus s'attarder sur cela. Alors pour montrer l'avancée de son état mental, la main se tend vers un fruit pour terminer ce repas trop ostentatoire au goût de la jeune femme.

Le roi réfléchit. Son ombre demeure silencieuse, observant les lieux prestement pour laisser son suzerain penser. Ce qu'il dit est évident mais un roi doit poser les mots alors Jolhane l'écoute, sans commenter, croquant dans la pêche mûre, la deuxième main en dessous son menton pour éviter de se salir avec le jus du fruit. Son avis rejoint celui de son seigneur alors nul besoin de l'exprimer. Malgré leur divergence de comportement, les deux s'allient bien, leurs pensées se lient rapidement. Puis la décision tombe indirectement. La mercenaire se cripse. Devra-t-elle enquêter à nouveau ? Si oui, elle ne supportera pas seule mais si le roi Oberon la nomme pour une mission, elle le fera, qu'importe sa réticence. Elle a été soldate, elle est mercenaire, elle est la lame pourfendeuse du souverain mage. Elle agira en son nom. Les regards se croisent alors que le fruit se repose sur l'assiette.

Une autre question est lancée. Une interrogation qui rend interloquée Jolhane, que dire. Elle ne saurait vraiment comment le décrire, ayant été obnubilée par les monstres et l'envie de libérer la Kireïdienne, bien qu'elle n'a du qu'observer et comprendre le pourquoi du comment. La mémoire travaille. La main masse la nuque. Que répondre ? Seules des bribes de souvenirs surgissent, au moins s'en servir. Mais la mémoire est pernicieuse, souvent faussée par les sensations ressenties dès lors. Il est toujours difficile de tout retranscrire parfaitement et en tout neutralité mais elle fera de son mieux.

« - Hé bien. La foule était paniquée mais les plus vaillants hommes-bêtes ont su gérer la situation, du moins en apparence. Surement leur instinct animal qui agit, qui leur dicte de devoir défendre leur territoire sans même se poser la question de la provenance des créatures. Le palais, du moins de ce que j'ai pu voir, a été attaqué. Par quoi je ne saurais dire. Les soldats étaient agités, méfiants. Les attaques semblaient pour la plupart concentrées dans la périphérie de la ville, comme pour occupés les habitants. »

Puis comme pour soulager cette épreuve, pour calmer les souvenirs qui entravent son sang-froid, une gorgée de vin est bu. L'alcool est léger mais rassérène. Une nouvelle bouchée de pêche est avalée avant de poursuivre :

« - Mais ce ne sont que des spéculations. Ces créatures semblent être mues d'une certaine intelligence. Les Algiz se sont sortis avec leur force que nous leur connaissons tous. »

Le visage se fronce. Décidément, plus elle voyage en Ilmyde, plus Jolhane réalise qu'elle récolte souvent des soucis qui minent sa conscience, qui martèlent sa fierté, des blessures qui la mèneront à sa perte. Est-elle effrayée ? Oui et non. Mais pour elles, ces terres enneigées sont maudites et ne semblent décidément pas l'apprécier. Meinarest semble la déprécier après tout. Le verre se vide d'un coup du liquide rosé. Qu'importe la bienséance à table. La mercenaire ne tolère guère ressentir autant de sentimentalisme alors elle réplique de manière plus assurée.

« - Avez-vous besoin que je prévienne tout de même l'académie ? Elle pourra surement apporter une grande avancée pour combattre ces créatures. Je voyagerais à travers les terres pour en découvrir plus si vous le souhaitez.»


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
31.05.14 14:34



au rapport, sire
La discussion se poursuit, le repas au même moment tandis que l'ambiance actuelle change quelque peu à la nouvelle question du souverain en direction de sa camarade. Son regard est figé vers elle, le fin rictus sculpté sur ses lèvres ne cessant de se montrer dès lors que le sujet d'Ilmyde est posé sur la table sans aucune gêne de la part du souverain de la nation des mages. Une bouchée puis une seconde avec lenteur. L'homme achève le plat, la mercenaire débutant son explication du mieux qu'elle peut. Puis la serviette est attrapée par la main droite du sorcier, celle-ci venant essuyer avec classe les coins de ses lèvres. Jolhane boit quand à elle une gorgée de vin tout en prenant à nouveau la parole. Oberon est comme amusé, comme taquin avec elle.  Son attitude, ses gestes, son état actuel n'est pas très joyeux, peu enclin au calme. Le souverain ne peut que féliciter la pression affable que peut exercer son rang sur d'autres.

Je vois. Ils ont su se montrer à la hauteur, eux et cette triste facette animale qui les habite, dit-il en compagnie d'un frêle soupir, son sourire n'étant plus qu'un frêle souvenir. Ils n'allaient pas lâcher ce territoire qui leur est cher, c'est une évidence. Nous ne pouvons je le crains que constater la force dont ils ont fait preuve. Une épaule se hisse vers le ciel, d'une manière instinctive. Un léger mouvement, la main du dirigeant venant se placer au niveau de son menton, pour le pincer un peu sous la réflexion. Les monstres qui nous assaillent sont surprenants c'est certain. Un mystère que peu de gens souhaitent élucider pour le moment. Subir, les gens ne sont bons qu'à cela.

Puis un claquement de doigts.
Une apparition.
Suite au geste du souverain, le domestique revient à nouveau dans la pièce en compagnie d'une ribambelle de desserts pour les deux protagonistes. Oberon se sert une part de tarte à la fraise à l'allure aussi succulente qu'appétissante. Si le mage ne possédait pas son rang il en baverait presque, lui et sa gourmandise dissimulée. La cuillère en main, son regard se fige à nouveau vers Jolhane, le servant se retirant aussi vite qu'il est arrivé une fois avoir servi la mercenaire.
L'académie est déjà sur cette affaire ma Chère mais, votre souhait d'aide me va droit au coeur. A moi et à la nation toute entière. Une part du dessert vient envahir la bouche du sorcier puis l'homme reprend la parole une fois avoir avalé, cela va de soit. Personne sur les terres n'est capable de comprendre ces choses à l'exception de notre école. Cela me paraîssait logique. En revanche, je voudrais vous confier une mission ; vous envoyer dans les autres nations afin de dénicher des lieux peu communs. Je pourrais vous en dire plus si vous acceptez, ma douce.




_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
13.06.14 20:14


Encore quelques cartes à jouer.

Feat Oberon.


La corne d'abondance ne se tarit pas mais l'appétit se cale presque à bon port. Le flot de grandiloquence et de manières du dignitaire présent amuse toujours autant son épée qui recouvre sous les coups de répliques sa finesse et une lame aiguisée. L'arme humaine ne miroite pas vers l'étalage de mets sucrés qui se placent tel une blanche nappe qui s'habille pour mieux appâter la gourmandise. Mais Gluttony ne touchera davantage l'une des faux du seigneur aérien. Il est tellement de finir de se forger, pour retrouver son éclat pour servir cet homme qui la dirige. Alors peu à peu, elle est martelée de dires, de compliments puis d'une mission. Enne se doit d'être prête, d'être en état pour être rengainée dans un fourreau solide et prêt à la protéger pour mieux s'abattre à nouveau.

L'épée s'abaisse pour acquiescer sans un mot acceptant les missives qu'on lui adresse. Même l'émoussage se dissipe malgré l'énonciation de la terre redoutée, des mots qui ont réussi à émailler, à ronger la tranche de la lame. L'arme perd sa raison et doit servir son possesseur. L'âme demeure et se confine en second plan. L'esprit saura agir quand il le faudra. Mais la Myrmidon n'est plus parfaite, elle a été fragilsée. La rechute est possible mais il faut bien affronter et déchirer les obstacles qui se dresseront. Alors la pointe s'accorde de frôler une salade de fruits pour s'encourager, pour prendre des forces, pour se laisser envahir par un nouvel entrain.

« - Très bien, mon sire. Avez-vous une idée de mon premier voyage ? Si je puis me permettre, Ilmyde n'est guère mon point fort et je suis recherchée en Kireïde. Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien qui puisse jouer en votre défaveur. J'ai quelques quêtes personnelles.»

La sincérité est le feu qui a crée cette épée et le restera, gravé en sa chair. Si jamais le roi Oberon porte un certain intérêt à cela, Jolhane se doit de lui raconter son passé. Après tout, même si elle ne lui doit rien, il est mon commanditaire, son souverain, son tuteur alors elle a le devoir de rien cacher. Bien que l'incertitude et une once de terreur mêlée à de la volonté demeure dans le regard de la mercenaire.


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
16.06.14 17:26

Au rapport, sire


La gourmandise est un vilain défaut que le souverain ne cherche pour autant jamais a dissimulé. Toujours ciblé sur son dessert, Oberon retrouve son âme d'enfant à chacune de ses bouchées. Une part de sa personnalité que peu de gens connaîssent d'ailleurs. Un morceau puis un autre. Un faible sourire parvient aux lèvres du roi tandis que la mercenaire prend la parole en réponse à la soudaine proposition du sorcier. Il sait, ne doute pas un instant de la confiance qu'il peut offrir à la demoiselle. Elle ne l'a jamais déçu et, même son attitude suite à l'apparition des monstres ne bafoue cet avis. Une épée aussi aiguisée et docile que la sienne ne peut s'avérer inutile. Jamais. Attrapant la serviette en tissus nacré non loin de son assiette, l'homme vient essuyer les coins de sa bouche avec une certaine lenteur. Rien ne semblait présent et pourtant, impossible de prendre la parole sans avoir vérifier. Une fois celle-ci replacée sur la nappe, Oberon croise les bras, figeant une nouvelle fois son regard dans celui de Jolhane. Elle accepte pour le plus grand bonheur du souverain.

Ravi d'entendre cela bien que... Un doute, une interrogation. Certains propos de la mercenaire font sourciller l'homme bien qu'il cherche à rester trop intrusif sur le sujet tout du moins, une poignée de secondes. Un roi ne peut retenir une envie aussi imposante d'en savoir plus. Son rang, son statue. Tant de points lui permettant de se montrer intrusif. Quelle joie. Je doute que cela ne soit capable de jouer en ma défaveur mais permettez moi de combler ma curiosité. Je me dois de vous interroger. Je comprends votre situation au sujet d'Ilmyde et les derniers événements mais point Kireïde. Quel est le problème ma Chère ? Sa main se hisse au niveau de son menton qu'il pince du bout des doigts. Sa manche ample tombe un peu le long de son bras en un léger frottement de tissus. Il veut, il exige et il obtiendra sans aucun doute.





_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
24.06.14 12:39


Sincère allégence.

Feat Oberon.


L'index danse, glisse, caresse le fin rebord d'un verre de crystal fragile et étincelant. C'est un geste de réconfort comme une bouée désespérément happée par tant de remous sentimental et intérieur. Un sourire, oui, voilà ce qu'il faut pour créer l'illusion la magie d'une fierté déjà bien entamée. La promesse est d'or, son sceau n'a le droit d'être brisée. Les lèvres s’entrouvrent dans la voix du silence, s'animent avec hésitation. Les traits se font détendus mais l'esprit est tiraillé. Où est la voie de la sécurité, où doivent aller les mots pour ne pas aller vers la défaveur ? Le regard ne s'abaisse pas, croise celui du souverain sans ciller, sans daigner montrer une once de frayeur par rapport à leur rang propre. Si un combat est ardu, celui contre soi est bien plus éreintant, harassant, mordant.

La mémoire travaille, Des flammes surgissent léchant les cicatrices à peine refermées du passé. Pernicieuses, elles sont éteintes par la volonté, par la vision d'un roi qui 'attend une réponse. Les souvenirs brûlants ne surgiront pas, le calme, le présent sont les maîtres d'aujourd'hui et les pas vers l'avenir de la mercenaire. L'antan n'est plus. C'est surement la dernière fois que ces événements, que la solitude transcenderont l'état d'âme de Jolhane. Seul un sourire contrit montre qu'elle est encore une brebis égarée. Une gorgée d'eau rafraîchit et remet en place la raison. Le cœur s'efface et laisse place à deux répliques courtes et claires :

« - Je ne suis pas une Asmosienne de souche, mon seigneur mais, Joan, une noble kireïdienne oubliée et sans famille. Ce royaume n'est plus ma terre mais j'ai encore quelques attaches et rancoeurs envers cette patrie.»

Les yeux observent, le corps se soulage dans un frisson avant de sourire devant les domestiques discrets et silencieux pour les remercier de leur travail impeccable. La lumière du jour illumine doucement la pièce. Mais l'attention est focalisée sur le roi. La splendeur des lieux est ignorée. Puis comme pour montrer sa ferveur, la silhouette fine se décale et s'incline légèrement devant le sire Oberon :

« - Je vous suis désormais fidèle J'appartiens à Asmosa. Je me dévouerais pour ce royaume, mon roi. Si les mots ne suffisent pas j'agirais pour vous satisfaire. »


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
24.06.14 16:48

Au rapport, sire


La curiosité le pique, l'attire.
La main au niveau du menton, le souverain poursuit son attitude, cette expression pensive dès lors qu'il questionne la mercenaire au sujet de ce qu'il considère comme un mystère. Après tout, comment ne pas se blâmer face à une telle annonce. Jamais Oberon n'avait montré un réel intérêt au passé de la jeune femme, préférant se contenter du présent. L'homme la savait de confiance et utile pour le pays des mages, le reste ne l'intéressait point tout du moins, jusqu'à présent. Le sorcier ne s'attendait guère à cela, vraiment pas. Le bras retombe donc le long du corps tandis qu'elle s'adresse à lui avec son sérieux fort commun. Son regard, lui, observe ses faits et gestes sans prendre la peine de commenter quoique ce soit. La parole est à la défense.

Un ricanement. Ma chère, vous allez décidément me surprendre longtemps. Je dois dire que je ne m'attendais point à une telle annonce. Voilà que moi, souverain d'Asmosa je suis parvenu à faire confiance à une Kireïdienne de sang. A nouveau, il hisse son bras afin de placer la paume de sa main contre son buste. Un fin rictus subsiste. Mais je dois dire qu'au final je ne suis guère étonné. Remarquer que cette pauvre nation n'est même pas capable de conserver un élément aussi intéressant que vous ne me surprend point. Amusant. Puis un long soupir se fait entendre en provenance des lèvres du roi. Le geste vers lui le flatte par la suite. Je suis heureux de vous entendre user de tels propos à l'égard de mon pays. J'avoue que le cas contraire aurait attiré mes foudres. A nouveau un petit rire puis il poursuit. Mais vous devrez faire l'effort de vous rendre à Kireïde tout de même, Sollvaec puis Ilmyde par la suite. Les futures décisions de la nation dépendront de vos résultats ma douce. Mais peut-être préférez-vous ne pas agir seule ? Dans le but de vous soutenir.




_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
05.08.14 12:39


Pacte scellé.

Feat Oberon.


Les ténèbres s'éclaircissent. La morbide et tétanisante peur s'éteint. La vie et les couleurs reprennent place sur ce visage désormais déterminée et vaillant. Des sourires partagés, sincères s'échangent Les répliques ne sont plus des torrents qui rongent l'intégrité et la fierté de la mercenaire. Chaque touche est prise au mot. Les moqueries mutines envers une terre reniante sont acceptées de bonne grâce, sans aucune animosité ni empathie. L'ouïe écoute sans pour autant se laisser assourdir par des sentiments qui nuisent à l'atmosphère détendue. Puis la mission s'annonce, claire, nette, précise. Aucun test, aucune arrière pensée ne se place insidueusement. Après le serment déclaré envers la patrie des mages et au seigneur de ce royaume, l'acceptation est la seule réponse.

Alors les mains remettent en place les couverts déplacés suite au copieux repas puis, le corps se déplace paisiblement pour se placer devant le roi Oberon. Le buste s'abaisse pour saluer le maître des lieux sans sourciller, sans aucun orgueil mal placé. En tant qu'oiseau de mauvaise augure, seul la main se colle au cœur. Pas de révérence féminine. Jolhane est une lame et non une noble. La jeune femme se relève fixant la majesté, la paume toujours sur sa poitrine avant de rétorquer sans faille :

« - Très bien, mon sire, j'agirais comme vous me le demandez.»

Puis préférant stopper ces gestes guindés, ces manières trop conventionnels,  Jolhane se déplace légèrement pour observer la vue à travers les fenêtres et se laisser baigner par la lumière douce et chaleureuse comme pour se requinquer. Puis une tirade suit pour répondre au seigneur magicien :

« - Je préfère agir seule. Ce n'est pas de la témérité ou de l'orgueil mais je préfère ne pas être ralentie et pouvoir agir à ma guise sans devoir surveiller et assumer les erreurs de mes possibles partenaires pour éviter de commettre les mêmes erreurs et nuire à votre requête.»

Un silence où les regards se jaugeraient presque puis un sourire avant de déclarer paisiblement :

« - Avez-vous besoin d'autres choses en Asmosa, sire ? Je peux aussi en profiter pour recruter des personnes, voir des informateurs au sein des autres royaumes si vous le souhaitez. En ces moments de perdition, il vaut mieux savoir ce que prépare les autres terres. »


Code by NKM

Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   
07.08.14 23:38




 
au rapport, sire

L'approbation de mon vis à vis est guère étonnante. Elle coule de source, sans aucune hésitation ou doute je me laisse donc aller. L'attention figée sur ses propos de simples inclinaisons de menton se font ressentir à certaines paroles prononcées. Son sang est rouge, tout autant de par sa nature que de par sa provenance. Le détail en soi est abjecte, inadmissible pour un être de ma carrure un individu doté des mêmes idéaux que les miens. Et pourtant, oui pourtant pour cette jeune femme, je conçois de faire un effort ou du moins d'essayer. Le regard que je lui porte est neutre mais ne la lâche pas d'une seconde, l'attention comme sculpté sur elle et sa silhouette. Kireïde. Peut-être sa provenance mais je ne lui tiens pas rigueur. Je sens son potentiel, les mains tendues dans mon esprit ; je me laisse aller à imaginer qu'elle close au sein de mes mains, cloîtré entre mes doigts fins. A l'agile manière d'un marionnettiste je vais apprivoiser cette poupée, agitant les fils avec brio. Elle ne pourra comprendre son importance dans la balance mondiale et l'avenir du pays.

Lentement mais sûrement, je laisse mes idées se détacher de cet instant, revenant en compagnie de la mercenaire, dans le monde réel, celui de tous. Les yeux bleutés de mon faciès sont encore et toujours placés vers elle, un fin rictus venant à son tour s'inviter sur mon expression. « Soit, je vous fais confiance, vous vous connaissez bien plus que je ne vous cerne. De ce fait, si la solitude vous sied guère. » Un haussement d'épaules furtifs mais bien présent. « Vous avez ma confiance la plus totale. Malgré votre aveu je sais que votre fidélité pour Asmosa est suprême. N'est-ce pas ? » Les paumes contre le rebord de la table, je pousse ma chaise afin de me redresser, les bras croisés. « Non, contentez vous de cibler votre mission. Croyez-moi, les rênes de Meinarest sont à nous. » Je me déplace, de petits pas puis je m'interromps en face d'elle. « Dans quelques jours, un objet vous sera envoyé. Une pierre, un outil. Sous la forme d'un piètre cristal, il est capable de ressentir une magie bien précise. Plus il brille, plus il parvient à la déceler. Votre mission est donc simple, dénicher ces lieux, un dans chacune des nations. Une fois cela fait Jolhane, envoyez moi les coordonnées. Envisageable ? » Les bras tombant le long du corps, je me contente de patienter à présent.



_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: PV Oberon | Au rapport, Sire.   

 

PV Oberon | Au rapport, Sire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport entrainement
» rapport de bataille Tau vs Nurgle
» Rapport de bataille HE vs O&G
» 07/11 - PTQ Paris - Hasselt Oberon
» rapport de bataille tournoi TROLL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum