Partagez | 
 

 Les grandes vérités sont ordinairement simples.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité

MessageSujet: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
16.05.14 21:21

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

C’était la première fois qu’elle mettait les pieds dans le palais. Jamais elle n’y avait songé, en réalité. Malgré son rang plus qu’aisé, elle ne s’était jamais imaginée fouler cette terre un jour. Sous le regard de tous ces gardes, elle se sent comme gazelle au milieu des lions. Il est bête de le penser car il est insensé de songer le déranger pour si peu mais malgré tout elle aurait aimé  être accompagné du général de l’armée, au moins lui elle le connaissait bien et se serait sentie en sécurité à ses coté. Pas comme présentement, où elle se sentait proie à chaque seconde, comme si elle était une menace.

De ses mains sont prisonniers les vêtements que l’ami du roi a commandé pour lui. Encore une fois elle aurait délégué la tâche bien volontiers, demandé à l’homme qui a fait la commande de l’apporter lui-même, mais il avait refusé pour une raison inconnu. Sans doute avait-il voulu taquiner la couturière un peu trop timide. Et c’était bien réussi, d’ailleurs. Sous le poids de la pression, son cœur battait à tout rompre, et à chaque pas l’envie lui prenait un peu plus de faire demi-tour. Jamais la peur de l’échec ne s’était présentée à elle, auparavant.

Le supplice arrive à sa fin alors qu’elle arrive enfin dans la pièce où se trouve le roi. Une pièce aussi luxueuse que le reste du château. Et le roi ? Encore plus élégant que lors de la chasse aux monstres. Elle-même, d’ailleurs, a fait un effort pour être présentable, pour s’être faite la plus belle possible. Simplement une histoire de convenance, de politesse. D’ailleurs, cette même politesse la fait s’incliner en signe de salutation.

« Bonjour mon Roi. Pardonnez-moi de vous importuner, mais j’ai pour vous un cadeau de votre ami Amadeo. »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
16.05.14 22:14

les grandes vérités sont ordinairement simples




La journée s'annonce banale et pourtant il n'en est rien. Depuis ce matin, depuis le levé le souverain sait qu'à partir d'aujourd'hui, plus rien ne sera jamais comme avant. Cette demoiselle, cette jeune femme présente lors de la chasse aux monstres, voilà que le hasard la place une nouvelle fois sur la route du sorcier. Pensif, perplexe, dès la vision de son faciès une étrange sensation avait assailli l'homme, l'enfermant presque dans une certitude que lui-même ne pouvais désigner avec aisance. Le doute l'avait même poussé à enquêter sur la donzelle, à chercher une probable explication à ce pressentiment. La découverte était elle étonnante, presque choquante pour cet individu pourtant inébranlable dans de nombreuses situations. Le rapport de ses hommes au sujet de la couturière l'avait même fait placer un genou au sol, la main crispée au niveau de son cœur. C'est impossible se disait-il, se blâmait-il sans cesse.

Aujourd'hui, la vérité éclatera. Oberon tâche de reste neutre et posé face à ses compatriotes, comme à l'accoutumée et pourtant son esprit est tiraillé, peu enclin à une quelconque réflexion en dehors de celle concernant cette certaine Aveleen. Puis le fameux moment est arrivé, il pointait le bout de son nez. Dans ses appartements, le voilà les mains jointes dans le dos, son regard placé vers le paysage, son buste face à une immense fenêtre. Des pas puis une voix. Avec lenteur, son corps effectue une petite rotation, le laissant finalement en direction de son invitée. « Redressez-vous, ne sommes-nous pas des camarades de chasse à présent ? »

L'expression se veut neutre, la voix posée bien que presque froide dès l'instant où il s'adresse à elle. D'un petit mouvement du doigt sur l'attablée provoquant un petit son sec, il l'incite à poser sa confection. « Venez donc me montrer cela, Amadéo est le roi pour ce genre de surprise. Qui mieux que vous pourrait me montrer le résultat. » Son attention ne la quitte plus, elle la suit, l'analyse sans aucune discrétion ou gêne. Incontrôlable. « Dites-moi pendant que vous ouvrez ce paquet, d'où venez-vous ma Chère ? » Le sorcier reste vague bien que son regard semble lui sur le point d'assumer cette vérité imprononçable. Ne plus pouvoir la quitter des yeux, le souverain en est là.  




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
17.05.14 7:26

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Les regards se croisent, la politesse est comme balayée d’un geste de la main. Comme demandé, elle se redresse, alors qu’un petit sourire orne son visage. Tout fin, vraiment, imperceptible. Car il est tout de même plaisant d’être nommé de la sorte par le roi lui-même, bie  qu’étrange, sans doute, pour une dame de son rang. Pourtant, camarades de chasse sonne bien à ses oreilles. Comme si elle était plus que ce qu’elle n’avait toujours été : une femme. Une femme dans cette société où elle n’est pas toujours reconnue à sa juste valeur. Non que cela l’affecte, mais recevoir de l’intérêt du Roi lui-même est en soi une victoire, pour elle.

Il n’a nul besoin de plus que de son incitation pour qu’elle s’exécute et vienne poser le paquet sur la table désignée. Elle ignore si cela vient d’elle, si elle se fait des idées mais elle a cette impression qu’il porte de l’estime pour elle, sans même la connaitre. Sentiment étrange, mais loin d’être désagréable en réalité. Ce qui devient un peu plus gênant, en réalité, c’est cette impression d’être sondée, ce regard posé sur elle sans jamais la quitter, comme si quelque chose n’allait pas sur elle. Pourtant elle avait bien pris grade à être parfaite en ce jour.

« Je ne suis pas sûre de bien comprendre, mon Roi, je suis née et j’ai toujours vécu ici, à la capitale. »

Son regard se redresse, juste le temps d’adresser un sourire poli à la majesté, avant de se perdre de nouveau dans l’ouverture du paquet. Il ne lui faut guère que quelques secondes pour extraire le vêtement commandé par Amadeo, tissé le plus finement possible, avec tous les meilleurs matériaux de la blonde, et dans une attraction et un soin particulier. Elle-même était surprise du résultat qu’elle lui montre à présent : un fin vêtement d’argent aux coutures dorées, et un chaud manteau aux couleurs et symboles de la patrie.

« Je puis, bien sur, faire toutes les retouches que vous le désirez. »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
19.05.14 9:16

les grandes vérités sont ordinairement simples




Sans aucun doute les faits sont là, sous les yeux du souverain qui ne souhaite, non qui ne peut, pas même un instant détacher son attention de la demoiselle près de lui. Le pressentiment est devenu certitude, les doutes d'une récente compagnie du roi s'avèrent véridiques. La question ne cesse de tarauder le magicien ; comment cele est-il possible ? De quelle manière un tel événement a bien pu se produire ? Puis elle s'approche suite à sa requête, déposant le présent de son ami et camarade face à lui. Elle l'ouvre tout en lui répondant, visiblement peu enclin à cerner le sous entendu caché derrière son interrogation précédente. Le mage se tait, ne commente pas tout en se contentant de la regarder faire. Au final, il joint ses mains dans son dos tout en admirant la tenue finement conçue.

La conception est admirable et de goût ce qui n'étonne en rien le sorcier. Si Amadeo en personne à quémander de tels vêtements, c'est bien qu'il savait sans doute que la demoiselle était douée. « Toutes mes félicitations, le travail est admirable. » avoue l'homme d'une manière forte instinctive, sans parvenir à retenir ses propos. Oberon effectue quelques pas en direction de la fenêtre, observant à l'extérieur, clos dans un silence vigoureux. Habillé lui même d'un long manteau aux manches amples, il le retire tout en le laissant chuter au sol, sans prendre la peine de le retenir. Replaçant correctement le col de son vêtement, il se tourne à demi dans la direction de son vis à vis. « Voulez-vous bien me faire essayer votre création, le manteau. » Un geste succinct de la main désigne l'objet puis son bras vient rejoindre le long de son corps. « Je crois. » Il se fige et attend qu'elle soit près de lui, dès qu'elle lui mettra l'oeuvre le roi prendra la parole sans une once d'hésitation. « Je crois que je connais votre mère. »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
19.05.14 10:01

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Le travail plait, la mage est ravie et les compliments lui vont droit au cœur. Mais pas seulement, elle est fière de son travail, fière qu’il plaise à un être aux gouts aussi luxueux que ceux du roi. Les félicitations sont les bienvenues et un simple sourire vient les accueillir, tandis que les pas du roi résonnent dans la pièce, le menant jusqu’à la fenêtre. Il se débarrasse de son propre manteau, la laisse tombée lourdement au sol sans aucune gêne, et se retourne vers la couturière présente dans la pièce. La demande est faite, claire, simple. Elle s’approche, un début de phrase est prononcée.

La phrase se termine une fois la belle prêt de lui. Elle se fige un instant, troublée par la nouvelle, bien que cela ne doit pas être si étonnant que cela. Sans doute a-t-elle, elle aussi, fait des commandes pour le roi. Elle ne voit pas vraiment d’autres explications logiques. Comment pouvait-elle se douter de la vérité, après tout ? Comment imaginer une seule seconde cette effrayante vérité alors que de son côté elle a toujours cru être une famille unie et complète, avec ses parents et sa sœur. Sans jamais savoir que son père n’était pas son père…

« Eh bien…Ma mère avait une merveilleuse réputation en tant que couturière. J’essaye de l’égaler, mais je suis encore loin d’être aussi douée qu’elle, je le crains… »

Un petit sourire s’affiche alors qu’elle fait enfiler le manteau au roi. Il semble lui aller à merveille mais c’est à lui de décider si une retouche doit être faite. S’il se sent bien dans le vêtement, ou non. Et finalement, le sourire s’évade alors qu’elle se dit qu’il ne sait peut-être pas. Et elle sent comme l’obligation de l’informer, alors que son regard se baisse.

« Hélas…Elle est morte il y a peu…La maladie l’a emportée. »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
20.05.14 9:16

les grandes vérités sont ordinairement simples




Des pas, la demoiselle s'approche du souverain qui ne daigne pas se tourner, fuyant dès à présent le regard, dès lors que ses lèvres ont libéré une partie, une bribe de la vérité dissimulée à tous. Un léger frottement de tissus se fait entendre au moment où la couturière positionne le manteau sur les épaules du roi. Aucun mouvement, seuls ses bras sont un peu écartés afin de faciliter le geste. Par la suite, le sorcier les laisse chuter le long de son corps avec une pointe de lenteur puis s'approche d'un miroir accroché sur l'un des murs de la pièce. Le regard du mage observe son reflet, se contente d'écouter les dires de la demoiselle quant à la probable réputation de sa mère. Les images défilent dans son esprit, l'assaillent comme un livre qu'il aurait oublier de refermer. Des lignes, des paragraphes abordant son histoire avec cette femme, le seul instant de sa vie offert à ses sentiments, à son amour pour une autre personne. Mais Oberon déteste cette sensation, il exècre de devoir faire face à des souvenirs. La mâchoire finit par se serrer. « J'ai eu la chance de la connaître pour ces raisons effectivement. Son imposant talent de couturière était inégalé à la capitale à une époque. D'où notre rencontre. »

Les mots sont contrôlés, accompagné d'un ton neutre et posé, comme détaché. Toujours dos à elle, l'homme ne parvient pas encore à se tourner et d'ailleurs, la nouvelle prise de parole de la jeune femme achève la frustration qui l'habite depuis une poignée de minutes. A nouveau, comme à la connaissance de la vérité, la main du souverain vient se crisper au niveau de son cœur, comme si l'Oberon Farrëth de cette époque cherchait à resurgir absolument, à crier sa peine. La douleur est vive, l'homme ne le supporte pas et s'avance vers une chaise. « J'espère qu'elle n'a pas souffert, que son départ c'est fait paisiblement ? » Comme crispé, courbé le sorcier pose son regard sur son interlocutrice. Impossible, pour le moment le roi ne peut entrer dans les détails de ce qu'il sait, de ce secret.




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
20.05.14 11:57

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Une confession qui n’en est pas vraiment une. Aux mots du Roi la mage de glace a l’impression de véritablement marcher dans les pas de sa mère, de suivre son chemin. Tout de suite l’esprit s’emballe et divague, la passion de son métier alimente ses pensées. L’interrogation est là. Elle se demande quel genre de vêtements elle a pu confectionne pour lui, et surtout elle aimerait connaitre la qualité avec laquelle elle savait travailler à cette époque-là. Egaler, voir même surpasser sa mère a toujours été un but à atteindre. L’élève veut surpasser le maitre, c’est normal, logique, humain…Bien qu’un peu égoïste, quelque part.

A l’annonce de sa mort quelque chose ne semble pas tourner rond, mais peut-être que la peine de la jeune femme, toujours présente malgré le temps qui passe, joue sur sa façon de voir les choses, de les percevoir. Son regard le suit alors qu’il se déplace, portant ce nouveau manteau à merveille. Une question se pose, comme un poignard qui vient se planter dans le cœur de la jolie blonde. Elle n’a jamais vraiment parlé de cela, même avec sa sœur le sujet a toujours été limité. Le regard s’assombris, le visage se baisse et les yeux caressent le sol, presque inconsciemment.

« J’aimerais tant pouvoir vous répondre que oui mais cela serait mentir. Des mois durant la maladie l’a faite souffrir…Je suppose que partir fût pour elle une libération, en ce sens… »

Elle tente de se reprendre, de ne plus penser à tout cela. Elle relève la tête et force un sourire, revient vers le Roi et s’adresse à lui, d’une façon peut-être un peu trop familière, encore marquée par la confession qu’elle vient de lui faire.

« Alors, ce manteau ? A-t-il besoin d’être retouché ? »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
21.05.14 13:54

les grandes vérités sont ordinairement simples




Reprendre son calme, apaiser du mieux possible ces images du passé qui ne ne cessent d'assaillir le souverain tandis qu'il s'assoit, la main placée au niveau du cœur. Pensif, silencieux. L'homme ne sait que dire, que faire pour replacer la situation et pourtant, rien n'y fait, voilà qu'il agit de la manière qu'il déteste le plus, que le roi a peu l'habitude d'user. Parler instinctivement sans prendre la peine de réfléchir aux probables conséquences, à l'opinion que pourrait posséder à son égard. Le sorcier se crispe au moment de prononcer sa question d'espoir puis il se fige à la réponse de son vis à vis. « Je suis vraiment navré, j'aurais dû être au courant de la disparition de votre mère. Mes excuses. » Son regard bleuté dessine la demoiselle, constatant son mal-être quant au sujet abordé, Oberon se redresse avec lenteur, serrant un peu plus le manteau à présent porté.

Un petit mouvement et le voilà face à son miroir, observant à nouveau la création de la demoiselle. Un petit sourire se fige sur ses lèvres. « Du très beau travail. Vraiment. Aussi digne que ce que pouvait créer votre défunte mère. » Des pas. Le mage s'avance vers une armoire qu'il ouvre sans attendre plus. Le meuble recèle de nombreuses breloques bien qu'à regarder de plus près, toutes paraissent plus ou moins en lien avec la magie. En pleine recherche, le souverain tâche de s'efforcer de poursuivre la discussion comme si de rien était. Du mieux qu'il peut malgré son récent instant de faiblesse. Quelle disgrâce rien que d'y penser. « Et votre père ? »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
21.05.14 14:32

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Les excuses du souverain touchent la mage au plus profond de son cœur. Elle ne saurait exprimer pourquoi mais elle ressent une certaine douleur émanant de lui. Ce n’est pas comme toutes ces personnes qui lui ont présenter leurs condoléances en la connaissant à peine. Le Roi, lui, semble impliqué personnellement. Mais cela n’est pas étonnant, si elle avait l’habitude de travailler pour lui. Elle est bien placée pour savoir combien on peut se rapprocher de ses clients facilement, dans ce métier. C’est même ainsi que les choses fonctionnent, généralement. S’ils n’apprécient pas la personne il n’est pas rare que les clients aillent voir ailleurs.

Oberon se redresse et retour se poser devant son miroir, c’est sans bouger d’un pouce qu’elle le contemple depuis tout à l’heure. Des compliments fusent, celui qui la touche le plus est, bien entendu, la comparaison avec le travail de sa mère. Elle était son modèle, son but à atteindre, et le roi semblait croire qu’elle y arrivait à merveille. Elle ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire. Malgré la peine la vie continue avec ses joies et ses peines. Elle se doit d’avancer, comme tout un chacun. Comme sa sœur à la disparition de celui qu’elle croyait toujours être son père, sur lequel on vient de l’interroger.

« Mort également. Il s’est fait poignardé en rentrant, un jour. Nous ne l’avons tout simplement pas revu. Mais contrairement à ma sœur, lui et moi n’étions pas très proches…Il semblait presque avoir une dent contre moi. J’ai dû me faire des idées, étant jeune… »

Ou alors peut-être acceptait-il mal le fait que cette enfant ne soit pas de lui. Un fait qu’elle ignore encore et qu’elle apprendra sous peu. Pour l’heure, elle se demande pourquoi ses paroles ont étés si loin. Pourquoi elle se laisse tant aller. Elle ne devrait pas être si à l’aise avec le Roi, et pourtant il semble la mettre en confiance d’une bien étrange façon.

« Mais ces détails ne doivent point vous intéresser. Pardonnez-moi de vous importuner avec ça. »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
21.05.14 20:35

les grandes vérités sont ordinairement simples




La recherche se poursuit, elle est à son comble, longue et périlleuse. Durant de nombreuses années le magicien a accumulé des objets divers et variés en rapport avec la magie, les arcanes. Mais rien, aucun propos pour expliquer son geste ne quitte sa bouche tandis que le roi poursuit sa quête personnel. Un moyen de se changer les idées suite à la récente conversation... Peut-être qui sait, même lui ne daigne même pas se poser une once de question. Le souverain se contente de vivre la chose. Puis la question sur le paternel de la demoiselle se fait entendre sans contrôle, comme une insoutenable envie de libérer cette demande interne, enfermée dans son esprit. D'ailleurs, la réponse offerte, elle, lui décroche un sourire en coin heureusement dissimulé par son dos, le buste du roi encore tourné en direction de l'immense armoire de bois.

Enfin, Oberon déniche cet artefact, cette étrange pierre aux colories bleutées. Une petite rotation du corps. « Paix à son âme. » Les mots sont prononcés sèchement, comme si l'homme cherchait à se libérer de ce difficile labeur, ce besoin de se montrer faussement peiné par le décès d'un individu pour lequel il n'aura jamais aucun sentiment positif. La mort peut parfois être très agréable et serviable. Mais aucune raison de se montrer amusé dans un tel moment, son faciès retrouve son air neutre d'autant plus à la vision de cette jeune fille, celle qui est sa fille. « Ne pensez dont pas que je ne suis pas intéressé, bien au contraire. » Ses jambes restent en mouvement tandis qu'il prend la parole, au final, voilà qu'il pose son fessier sur une chaise tout en posant l'objet déniché sur la table devant sa personne.

Un mouvement de la main, le souverain indique à la couturière de s'asseoir en face de lui. « Je vais vous raconter une histoire ma Chère. » Une pointe d'attente et Oberon poursuit. « L'histoire d'un homme dompteur de vent, un homme à l'avenir glorieux et vaste. A longueur de temps tourné vers ce futur, l'homme en a oublié de penser à lui même quand un jour, une splendide rose glacée apparût à ses yeux. Une femme d'une beauté rare, capable d'en charmer plus d'uns. Dès la première vision de ce trésor, l'homme ne pu retenir ses sentiments et de cette rencontre n'acquit un amour incontrôlable. » A nouveau une interruption puis une question. « Jusque là tout va bien, vous en conviendrez ? » 




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
21.05.14 23:21

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Si la mort de sa mère semblait avoir affecté le Roi et qu’il avait été des plus doux en présentant ses condoléances, voilà qu’il était devenu froid et sec alors qu’elle lui avait parlé de la mort de son père. C’est surpris qu’elle encaisse l’idée, sans comprendre l’explication logique derrière tout ça. Trop ignorante pour avoir l’explication derrière cette différence de réaction. Sa précision sur son manque d’intérêt semble elle aussi étrange, nul besoin de se justifier du manque de réaction en apprenant la mort d’un parfait inconnu, n’est-ce pas ? Décidément, cette rencontre était pleine de surprise, énigmatique. Et Aveleen détestait ça, ne rien comprendre.

Il s’installe et à son invitation elle vient elle-même s’installer face à lui, alors qu’elle écoute l’histoire qu’il lui raconte. Elle n’est pas bête, et comprends vite qu’il s’agit de lui, lorsqu’il parle de son élément et de son avenir. Mais, aveugle, elle ne veut pas comprendre où toute cette histoire allait. Elle aurait bien pu comprendre la présence de cette femme dans cette histoire s’il avait une reine. Mais non, aucune reine ne l’aidait à gouverner, n’était près de lui sur le trône. Elle fronce les sourcils. Toute cette histoire commence à tourner de façon des plus étranges.

« J’en conviens. Cela ressemble au début d’une belle histoire d’amour. »

Comme celle que lui avait racontée sa mère lorsqu’elle avait rencontré son père. Un véritable coup de foudre, lui avait-elle conté. Tant que tous deux n’avaient pas pu attendre et que le mariage avait été immédiat, suivit du bonheur de l’enfant à naitre qu’elle était. Sauf que le bonheur, elle ne l’avait jamais ressenti dans les yeux et dans les actes de son père. Rien de comparable à ce à quoi elle avait pu assister lors de la naissance de sa douce petite sœur. Mais à quoi bon resonger à cela maintenant, hein ? Ce n’était ni le lieu ni le moment…Pensait-elle à tort.
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
22.05.14 8:46

les grandes vérités sont ordinairement simples




L'histoire est exprimé d'une manière instinctive, sans aucune interruption dans la voix, pas une même une touche de doute. Aborder un tel sujet ne cesse de faire souffrir cet homme si peu connu pour cette partie de sa vie. Les seuls instants de réel bonheur, de faits ne concernant que le roi et uniquement lui. La froideur, l'aspect imbu de sa personnalité, tant de facteurs que la quasi totalité des gens préfèrent prendre en compte plutôt que sa probable humanité siégeant au fond de lui, caché derrière tant de barrières que l'homme s'évertue lui-même de façonner, de conserver. Le regard figé dans la direction de la couturière, les mimiques de celle-ci ne passe pas inaperçues à ses observations. Elle comprend, cerne la tournure de cet étrange récit. « Toutes les vraies histoires d'amour commencent biens vous savez. » La remarque quitte comme par magie les lèvres du souverain.

Puis le mage poursuit son histoire. Ses bras finissent quant à eux par se croiser, un brin crispés. « L'amour ne cessait de vibrer dans les cœurs de nos deux protagonistes. Doux, pur, jamais personne ne pu l'interrompre tout du moins, jusqu'à un fameux jour. Le jour où les devoirs de l'homme sont devenus plus grands que tout. Éreintant, omniprésent. La pression ne cessait de se serrer contre son esprit, l'incitant à abandonner cette magnifique rose. Le chemin, je dois le faire seul lui a-t-il dit tout en observant les larmes de la fleur ne cesser de couler le long de son visage. » Un fin soupir finit par se faire entendre. A nouveau un silence qu'il cherche à éviter et pourtant, le besoin de se reprendre se veut bien plus fort pour Oberon. La suite ne sera pas aisée. « Jamais plus ils n'eurent la possibilité de se revoir un jour. Lui dans sa vie, elle dans la sienne tout du moins, jusqu'à maintenant. Car durant le triste instant de séparation, l'homme ignorait quelque chose, un fait non avoué. Un probable aveux que la rose s’apprêtait à lui lancer avant qu'il ne la désavoue. La fameuse fleur attendait un enfant. Un pétale tout aussi magnifique qu'elle. » Et plus un mot, seuls ses yeux bleutés sont placés sur son vis à vis.




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
22.05.14 10:33

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Le récit ne continu pas dans l’immédiat. Une remarque vient suivre celle de la couturière, à laquelle elle ne trouve rien à répondre. C’est tellement vrai…Mais suite à cela toute son attention est requise, durant la suite du récit. Elle ne comprend toujours pas le but de cette histoire, de ces confessions à demi-mot sur son passé. Mais ça, c’est parce que le sujet réellement important n’était pas abordé. Pourtant il arrive, tout doucement. Le récit conduit la vérité avec lenteur, mais certitude. Pourtant elle ne se doutait de rien, pas même alors qu’il lui annonçait la rupture. Elle ne comprit rien d’autre que la fin de son histoire d’amour, à cet instant du récit.

Empathique, elle ressent de la peine pour cette elle fleur laissée à l’abandon. Elle n’ose pas même imaginer ce qui se passerait si Kain venaient à lui adresser de même mots. Mais c’est sans connaitre la fin, qui se fait attendre, qui se poursuit après un court silence de la part du Roi. Et elle ? Elle n’ose pas dire un mot, en attendant la fin de cette drôle d’histoire. Pourtant lorsque les mots sont prononcés, elle a l’impression de n’avoir rien entendu et rien compris. Son regard plongé dans celui du roi se veut perdu, comme celui d’un enfant laissé dans les bois.

« Pardonnez-moi ? J’ai peur de ne pas saisir… ? »

Le rythme de son cœur s’accélère. En réalité ce n’est pas qu’elle ne comprends pas. C’est qu’elle ne veut pas comprendre la vérité qui vient de se présenter à ses yeux et qui expliquerait tant de choses qu’elle n’avait jamais comprises dans sa vie...Elle sans la tête lui tourner Et pourtant elle se redresse. De ses quelques pas maladroits elle vient se placer près de la fenêtre, en qu’être d’un peu d’air pour ne pas suffoquer.

« Etes-vous en train de m’avouer que… ? »

La fin de sa question se perd quelque part dans le fond de sa gorge. Troublée, perdue. Elle a l’impression de ne plus rien savoir.
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
22.05.14 14:02

les grandes vérités sont ordinairement simples




Le regard ne la quitte plus, ne la lâche plus tandis qu'il achève ses propos, la petite histoire. La panique est comme visible sur la jeune femme et pourtant, rien sur le souverain ne montre de la peine ou un changement d'attitude. Trop froid, trop éloigné des sentiments, Oberon c'est habitué à cette manière d'être et pourtant, rien en lui ne le pousse à rester ainsi. Ce n'est qu'un cercle vicieux, qu'une façade que le mage se doit d'arborer encore et toujours et ce, même devant sa fille présumée. Une nouvelle fois un soupir s'échappe de ses lèvres à demi-closes, un autre à la question de son vis à vis. Que dire, que faire ? Peu importe. « Vous semblez plutôt vivre l'inverse, je crois que vous cernez la réalité comme j'ai moi-même dû le faire il y a une poignée de jours. Aveleen, je crains que le dénie ne soit pas envisageable. »

Le prénom de la demoiselle est enfin prononcé, comme sans aucun contrôle. Les propos sont eux un peu durs, piquants et pourtant, ils ne sont que l'image d'une incompréhension du souverain quant à la tournure des événements. Lui même a été pris par surprise, à refuser. Les bras croisés sont appuyés, comme plus crispés. Ses doigts viennent même entourer son bras que le roi serre un peu puis plus. Son faciès se veut sans expression, encore plus neutre. Elle se redresse, son regard la suit mais l'homme ne fait aucun mouvement, reste à sa place au sein de cet étrange silence ambiant, de cette pièce. « Je crains de ne rien vous avouer du tout, je suis dans le constat. Car j'aurais aimé. Vraiment. Que votre mère nous avoue de son propre chef la teneur de cette vérité. Du lien qui nous unit, vous et ma personne. » Puis le roi se lève enfin, la main attrapant l'objet placé sur la table plus tôt. Il le conserve en main puis se contente d'observer la demoiselle. « Je sais comment le prouver bien que je ne doute plus. »




© merci Ryrii !

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
22.05.14 14:25

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Elle a beau contempler les traits du blond et avoir toujours admis qu’elle n’avait jamais ressemblé à son père –celui qu’elle croyait être son père- elle n’arrive pas à y croire. Pourtant elle ne pouvait nier que c’était la réalité qui était venue frapper à sa porte, comme le souverain quelque jours plus tôt, comme il le lui avait dit. Mais c’est lorsque ses pensées se tournaient vers sa jeune sœur –demi-sœur ?- que son cœur se serrait. C’est la vérité qui convenait leur lien à elles qui était venue la troublée d’autant plus. Comment le lui apprendre ? Comment réagirait-elle ? Elle en devenait déjà malade.

La rancœur monte en elle également. Une rancœur qui semble sans fond envers sa mère. Parce que oui, elle aurait dû être honnête. Elle aurait dû lui avouer la vérité, aurais-ce été sur son lit de mort pour que la jeune couturière sache tout de ses racines et de sa vie, et ne se fasse pas rattrapée et prise de court par la réalité le jour où elle rencontrerait car le. Car elle aurait dû s’en douter pourtant, que ce jour arriverait. Et elle regrettait, Dieu ce qu’elle regrettait de ne plus pouvoir avoir d’explication avec elle. L’avantage, c’est qu’en pensant à elle le mal-être s’envole. Le calme revient, il le faut bien, pour faire face.

« C’est de sa bouche que j’aurais aimé connaître la vérité également. Mais je n’arrive pas à en être peinée. Je lui en veut de m’avoir laissé vivre dans un mensonge toute ma vie… »

Elle passe une main dans sa chevelure blonde pour renvoyer ses mèches rebelles en arrière. Elle soupire, elle ne sait plus que dire. Mais en réalité, c’est peut-être parce qu’il n’y a plus rien à dire. Comment est-elle seulement se comporter avec lui à présent ? Le nommer ? Lui venait bien d’utiliser son prénom, mais le rang sociale était différent ! …Enfin, l’était-il toujours ? Vraiment malgré tout elle était perdue.

« Je ne pense pas qu’un tel aveux aurait été fait juste pour plaisanter. Mais je suis curieuse, quelle est cette preuve ? »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
22.05.14 23:19



les grandes vérités sont ordinairement simples

La nouvelle finalement lancée, le souverain ne daigne plus prononcer aucun mot, comme enfermé dans un mutisme que lui-même ne peut maîtriser dans l'immédiat. Cette rancœur qui l'assaille, l'homme ne le dira point mais le voilà rassurer de la constater chez celle qu'il devra considérer comme sa fille à partir de cette journée. L'objet qu'il tient, cette étrange pierre qui réside dans la paume de sa main est un artefact rare dont peu de gens ont conscience et ce, même chez des mages très populaires et puissants. Dans de petits pas succincts, le sorcier finit par s'approcher de la demoiselle, avec une lenteur prononcé. Comme si l'avancée signifiait beaucoup, le début d'une nouvelle ère pour les deux protagonistes. Enfin, des propos quittent ses lèvres. « J'ai aimé votre mère comme je n'ai jamais aimé qui que ce soit. » Enfin et une bonne fois pour toute l'aveux se libère, une étrange pointe de satisfaction venant assaillir son être tout entier.

Le poids est comme moins lourd, cette vérité plus franche et vraie. « Je pense que nous ne devons point lui en vouloir d'avantage. Nous ne devons bafouer son âme. Elle avait ses raisons, certainement. » Bien qu'être trahi est pour comme l'ultime blasphème, Oberon paraît passer outre sans aucune difficulté. Comme si l'homme à la facette droite et dure était en réalité un être capable de bonté et de cœur avec certains. Qui est-il vraiment ? Une minorité en ce monde peut vraiment le dire et l'une de ces personnes n'est plus depuis peu. D'un geste de la main, une fois au niveau de la demoiselle, il place le fameux objet face à la couturière bientôt princesse, de par le cour naturel des choses. « Cette chose est la preuve que votre sang est aussi pur que le miens. Que ma lignée est loin d'être banale. » Le souverain conserve une pointe de mystère et n'en dit pas plus. Comme concentré sur la pierre, elle commence à scintiller d'une lueur éblouissante puis l'effet s'interrompt. « A vous. »


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 0:00

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Des pas sont faits en sa direction. Il s’est lent mais c’est tout de même une approche, comme des pas faits en avant, vers une nouvelle vérité qu’il faut accepter, qu’importe combien il est dur de vivre avec de nouvelles informations telles que celle-ci. Et la confession serait presque comme un soulagement en réalité. Elle se sentirait presque mal pour cet homme –pour son père- que sa mère n’a pas hésité une seule seconde à remplacer pour sauver son honneur. Alors que de conter la vérité aurait pu être plus simple pour tout le monde. Qu’est-ce que cela lui aurait couté, à elle ? Elle n’avait rien à perdre, tout à y gagner.

Bien sur qu’elle ne voulait pas lui en vouloir, elle voulait comprendre son point de vue. Mais elle était sa mère et tout au long de leurs vies elles avaient étés si proches toutes deux. En réalité tout cela venait de former un point et elle savait quelle serait l’unique façon de s’en délester. Aller s’expliquer avec elle, ou du moins, aller se perdre dans un long monologue devant sa tombe. C’était mieux que rien. Ce n’est pas comme si elle avait été seule. Elle avait une sœur bon sang ! Une petite sœur douce et fragile !

Mais elle doit passer outre l’information pour le moment, se concentrer sur l’instant présent, sur l’objet tendu et sur les mots prononcés. Sur tout ce que cela pourrait impliquer par la suite. Car malgré tout elle avait du mal à se dire que du jour au lendemain elle était devenue la princesse d’un royaume qu’elle avait toujours tant chéri. Quel drôle de retour des choses, quand on y repense. Elle attrape l’objet dans le creux de sa main et le contemple. La magie l’a fait briller auparavant. Est-ce que cela signifie que si elle en est capable, alors leur sang sera vraiment le même ? Pourtant l’idée ne lui fait pas si peur. Elle n’a pas de mal, en réalité, à faire briller cette jolie pierre en concentrant un peu sa magie. Elle a dans l’idée que si cela ne fonctionnait pas avec le sang, n’importe qui en serait capable. Mais elle s’arrête bien vite de faire briller la pierre. La surprise a assaillit la petite blonde dotée de pouvoir de glace.

« Alors je suis réellement… »

Sa phrase reste en suspens alors qu’elle lève les yeux vers son père. La phrase n’a pas besoin d’être terminée car ils savent tous les deux de quoi il retourne…
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 8:53

les grandes vérités sont ordinairement simples

La main tendue, l'objet n'attend plus que d'être utilisée par la demoiselle, en attente de la signification de son destin. De cette simple pierre naîtra une vérité déjà bien encrée entre les deux individus. L'homme la regarde concentrer de sa magie puis cette lumière une nouvelle fois, intense et brève. D'une manière instinctive, un nouveau soupir quitte les lèvres du souverain qui ne peut plus douter, plus prétendre que la vérité pourrait être différente. Elle est sa fille, Oberon est père depuis déjà de nombreuses années. Avec lenteur, il finit par croiser les bras dans son dos, se contentant de la regarder. « Vous l'êtes réellement. » Puis un léger rictus. Lui qui ne cessait de penser, encore et toujours que la descendance de son sang si pur serait dû eux enfants de sa sœur qu'il considère souvent comme incapable, le voilà affublé d'une bien agréable nouvelle.

Le sorcier la laisse l'objet en main puis n'effectue aucun mouvement, admirant celle qui est sa fille. D'un petit geste de la main, l'homme vient lui caresser la joue. « Vous êtes princesse d'Asmosa, ma Chère. » Puis il se détourne, effectuant encore quelques pas à travers la pièce. Une fois devant le miroir, le mage regarde son reflet, ce qu'il représente, ce que le nom Farrëth symbolise vraiment. Peu de gens ont la chance d'être dans la confidence. « Vous devez savoir quelque chose. » Car gouverner ce pays n'est pas synonyme de rien, quelque chose se dissimule devant le gain de ce pouvoir. Une raison peu banale. « Vous devez savoir que notre famille est au pouvoir d'Asmosa depuis ses débuts pour une raison bien précise. L'objet que vous tenez en main n'est autre qu'une relique permettant de déceler un certain pouvoir, une élément bien précis de votre entité. » Le voilà à nouveau tourné dans la direction de la jeune femme. Et un sourire, un fin rictus susceptible d'en dire beaucoup. « Nous sommes les descendants directs du Mage Originel. »


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 13:54

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Ses mots viennent confirmer sa phrase qui n’en avait pas véritablement besoin. Elle est la fille de l’homme face à elle  la fille du Roi de sa nation, et elle n’en avait jamais su un mot, ni même eut ne serait-ce que l’ombre d’un soupçon. Enfermée dans sa vie, dans un mensonge tissé de toute pierre, aurait-elle pu réellement se douter de quoi que ce soit ? Elle ne saisit pas son rictus, mais qu’importe. La situation est bien assez compliquée comme cela pour que chacun réagisse différemment. Elle bien plus perdue que lui, sans l’ombre d’un doute. Elle contemple l’objet qu’elle garde en main, elle ne sait pas ce qu’il a de se magique mais soit. La magie est parfois bien complexe à comprendre.

Son père vient caresser sa joue d’un petit geste de la main, et la chose est finalement dit clairement. Si clairement qu’elle croit être encore au plus profond d’un rêve. Pourtant non c’est la réalité qui leur fait face à tous deux et elle doit arriver à accepter que l’homme en face de lui soit véritablement son père. Difficile, lorsque l’on a cru que toute sa vie il s’agissait d’un autre.  Suite à cela il se détourne, te se repose devant son miroir.

Et le début d’une confession est faite. Elle attend patiemment la suite, mais ses phrases se veulent longues. Le suspens s’intensifie à chaque mot. Et finalement il se retourne vers sa fille, un fin sourire sur les lèvres. Et voilà que la vérité est posée, comme présente ici pour troubler la mage de plus en plus. Comme si apprendre que son père était le roi de sa nation n’était pas assez pour troubler ses sentiments en une seule journée. Son cœur rate un battement. Elle fait quelques pas, dépose l’objet sur la table. Et finalement elle s’installe elle-même, sous le poids de la nouvelle.

« Le Mage Originel…Vous avez visiblement décidé de me surprendre aujourd’hui ! »

Un petit rire, pour détendre un peu l’atmosphère. Avant qu’une question un peu plus sérieuse ne vienne se poser dans la conversation.

« En réalité je n’en ai jamais su beaucoup à son sujet…peut-être pourriez-vous m’en apprendre davantage à son propos ? »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 21:32



les grandes vérités sont ordinairement simples

Le souverain perçoit cela comme une fierté, un don héréditaire lui offrant le droit à cette prestance, cet avis un brin abus concernant sa propre personne. De nombreuses années, depuis qu'il est enfant, l'homme entend ses aînés lui répéter encore et encore cette information éreintante. Le mage originel, un homme connu dans des légendes, de vastes contes. Certains auraient sans doute aimé s'émanciper mais le roi a décidé, lui, de faire tout le contraire. Assumer, porter cette fierté encore, toujours et à jamais. Dès lors qu'il prononce cet aveux, son sourire sculpté sur ses lèvres, ne les quittant plus pour le moment. Puis la future princesse s’assoit sous le poids des annonces trop rapprochées. Aucun mouvement de la part du sorcier qui quant à lui se contente de la regarder. A son rire, une soudaine prise de parole. « Je me vois surtout contraint de vous offrir les choses avec hâte. Nous avons beaucoup de temps perdu à rattraper. Je le crains. »  

Puis une question retentit dans la pièce, une interrogation incitant le souverain à hausser un sourcil. L'homme en serait presque vexé. Dans quelle génération vivons-nous se dit-il comme si son instinct de parent prenait le dessus malgré sa totale absence dans la vie de la demoiselle. Comment les gens, d'autant plus les habitants de ce pays peuvent-ils ignorer les fondements de la nations dans laquelle ils vivent. Oui, Oberon est un être vieux jeu même si en avoir conscience lui demande bien trop de remises en question. « Je vois. » Un brin sarcastique, c'est certain. Une fois cela prononcé, le sorcier retourne s’asseoir en face de la couturière. « Cet homme n'est autre que le créateur de la magie en elle-même, le premier à avoir su dompter les éléments, le seul individu à être parvener à tous les utiliser d'ailleurs. Lors de la scission des hommes contée dans les livres, il a su se montrer supérieur à la populace en usant de ce nouvel art, ce don divin. » Les bras ses croisent. « Asmosa lui doit tout. »



_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 21:53

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

De temps perdu à rattraper…oui, si peu. Elle n’avait que 21 ans après tout ! Enfin au moins aujourd’hui serait un jour plein de découvertes. Elle aimait apprendre de nouvelles choses, mais peut-être un peu moins lorsqu’elles étaient à son sujet. Un trop plein d’information pourrait bien finir par lui faire faire une overdose, elle finirait par penser qu’elle était dans un rêve et qu’elle finirait par s’éveillée. Mais non, la nouvelle princesse d’Asmosa le savait, elle faisait face à la réalité comme elle devait le faire. Son nouveau rang qu’elle pensait déjà devoir assumer se devait de ne pas être négligé, et encore moins les obligations qui allaient avec. Et avant tout celles de comprendre.

Et pour l’heure ce qui la fascinait le plus, ce n’était pas le nouveau titre dont elle jouissait, mais l’histoire que l’on venait de lui conter. Elle avait fait des recherches sur ce mage, bien sûr. La quête de la connaissance après un cours particulier l’avait poussée à faire des recherches, mais il était si dur de trouver des informations sur lui. Etrangement, d’ailleurs, puisque comme venait de le dire le souverain, Asmosa devait tout à cet homme. Et dieu ce qu’elle pouvait l’admirer pour avoir su maitriser tous les éléments, alors qu’à présent chacun n’était capable de n’en maitriser qu’un, voire deux.

« Il est étrange que j’ai trouvé si peu d’informations à ce sujet en ce cas…Il semble être un si grand homme… »

Et dire qu’elle était l’une de ses descendantes ! Fascinée par l’histoire elle venait seulement de percuter cette information ! Et elle n’arrivait pas à y croire. Pourtant ce n’est pas ce qui accapare le plus ses pensées. Non, en être studieuse qu’on lui a toujours appris à être, une seule question la taraude actuellement.

« Vous avez beaucoup d’ouvrages sur lui ? »
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 22:21



les grandes vérités sont ordinairement simples

Oberon aime, adore aborder le sujet de son ancêtre, celui qu'il admire tant par son talent en magie que pour ses prouesses en terme de dirigeant à une certaine époque. Le fin sourire toujours encré au sein de son faciès, l'homme admire la demoiselle tandis qu'elle boit ses paroles concernant cet individu à l'allure presque divine, à bien écouter les dires du roi du pays des mages. Lui-même aime d'ailleurs se suggérer une telle idée, cette hypothèse aussi folle que jouissive. Et si son sang était semblable à ceux des dieux ? Un léger mouvement de la tête de gauche à droite, presque imperceptible et pourtant bien présent. Le sorcier a passé l'âge depuis longtemps de se laisser aller à des sornettes. Peut-être est ce dû au fait qu'il ne peut discuter de ce sujet avec d'autres individus, tout du moins à trois exceptions près. « Avoir accès à des ouvrages abordant le sujet de cet homme avec précisions est rare, je vous le concède. La raison est simple ; éviter les rapaces des autres nations. Qui sait ce que certains pourraient faire avec de telles informations. » 

Pessimiste. Le mage du vent l'est sans doute beaucoup concernant les étrangers ou autres rats comme il aime tant les appeler. Puis une final une observation amusée de la demoiselle face à lui, celle qui possède son sang, ses gênes. En voilà une question à laquelle il ne s'attendait pas. Des livres sur le mage originel ? Soit. Loin de lui l'idée de se sentir lésé à l'entente de cette demande, bien au contraire. Mais le sorcier s'attendait à d'autres interrogations plus basées sur l'instant présent. Son avenir ou même son adhésion ou non au château, à son titre. Les bras finalement placés sur les accoudoirs de sa chaise, Oberon prend la parole une nouvelle fois, non sans amusement dans le ton employé. « Des ouvrages, non mais je peux vous transmettre des informations moi-même ou bien quelqu'un de ma connaissance qui un jour peut-être, je pourrais vous présenter. Mais là n'est pas le sujet, Aveleen. » Son regard est plongé dans le siens, comme pour lui laisser aucune probable échappatoire. « Comment envisagez-vous la suite, une fois cette rencontre terminée, une fois en dehors de cette pièce ? »  



_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
23.05.14 22:39

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Elle n’imaginait pas qu’une telle information pourrait être aussi dangereuse, néfaste. Mais après tout, elle ignorait tout de la gestion et de la protection d’un pays. Comment lui en vouloir ? Elle n’avait pas été élevée dans une telle optique. Seulement celle de venir une digne descendante de sa mère, une fille qui frôle la perfection et une couturière hors norme. Jamais elle n’avait jamais été élevée dans le but de suivre un jour les pas d’un homme qu’elle ne savait même pas être son père. Et même si elle avait toujours cette conviction qu’elle ferait tout pour son pays, les choses prenaient à présent des proportions tellement différentes à présent.

L’idée de pouvoir en apprendre plus, non pas par des ouvrages, mais par le mage de vent en personne était des plus intéressantes. Cela avait un intérêt particulier, un facteur non pas seulement littéraire mais aussi humain qu’elle aimait beaucoup. Surtout si c’était pour passer du temps avec lui ; son père. Bien qu’elle essayait encore d’encaisser l’idée. Mais il avait raison, là n’était pas le sujet et elle s’était laissée allée trop facilement dans l’idée d’en apprendre plus sur un sujet qui la passionnait, sans voir qu’en face d’elle se trouvait un problème bien plus important ; le futur. Le sien, le leur.

« Je ne saurais vous répondre. Après tout je ne suis pas la seule concernée…Et je n’ai pas véritablement l’impression que le choix se trouve véritablement entre mes mains. Après tout, dans l’hypothèse ou je voudrais apprendre à mieux vous connaitre, rattraper le temps perdu et assumer mon rôle nouveau, est-ce que cette envie serait partagée par mon…Père ? »

Elle a hésité sur le dernier mot. Mais, comme une enfant elle doit pousser, et apprendre où sont ses limites. Rattraper le temps perdu, comme il l’avait si bien dit plus tôt. Mais peut-être était-ce trop. Peut-être était-elle trop familière, pour le moment ?
Code par NKM.
Kiréide
avatar
Veddyn
Masculin Messages : 675
Age : 26
Âge de votre personnage : 29 ans.
Classe : arcaniste.

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
24.05.14 10:08



les grandes vérités sont ordinairement simples

Loin de lui l'idée de calmer les ardeurs de la demoiselle quant à son souhait d'en apprendre plus mais les nombreuses années de dirigeant derrières lui l'incitent à devoir entrer dans le vif du sujet sans tourner autour du pot. Perdre du temps est un fait que le souverain déteste au plus haut point et, cette manière de voir les choses le pousse à agir sans prendre de pincettes en compagnie de celle qui n'est autre que sa propre fille. Celle dont il ignorait encore l'existence il y a quelques jours, quelques temps. La réponse de la jeune femme le satisfait, elle est réaliste et ne semble point, elle aussi rester passive face à cette nouvelle tombée telle une épée de Damoclès. L'homme s'avance donc un peu sur la table, les coudes sur celle-ci le mage finit par joindre les mains, comme pensif sur le moment. C'est certain, l'avenir non loin d'eux s'annonce fort difficile pour les deux protagonistes.

Enfermé dans les jours à venir, dans cette pensée qui ne cesse d'assaillir le souverain, Oberon replace alors son attention sur la demoiselle au terme de père qu'elle se décide à employer dans la longue conversation jonchée d'aveux. Une petite inclinaison sur le côté droit de sa tête, sans expression. Qui aurait cru qu'un jour, le sorcier pourrait entendre ce terme à son égard. En toute franchise, personne et pas même lui d'ailleurs. « Vous avez la tête sur les épaules, c'est agréable. » dit-il en se replaçant contre son dossier de chaise. « De toute évidence, nous sommes dans l'obligation de vous offrir le rang que vous méritez, le contraire me serait tout bonnement insupportable. Mais l'avis du peuple quant à un enfant illégitime d'un roi n'est jamais bon, surtout en ces temps troublés et agités, vous en conviendrez. Peut-être trouver un subterfuge afin de cacher le fait que nous avons tous les deux été lésés de cette vérité. Faire croire que nous n'étions pas clos dans cette triste ignorance. » Enfermé dans ses réflexions, l'homme vient se pincer un peu le menton de la main, comme pour appuyer ce moment pensif bien qu'il finit par reprendre la parole, se sentant coupable, fait rare chez cet individu. « Voyons. Bien entendu que l'envie sera partagée. Vous êtes ma fille et ce, malgré les circonstances. »  



_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   
24.05.14 14:23

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

With Oberon
Les lignes de sang se tracent
se séparent
et se retrouvent

Un sourire fin se dessine sur ses lèvres aux premiers mots du souverain, une certaine fierté nait en elle. Elle écoute ses mots dans le silence et la concentration qu’il se doit, un peu dans la surprise également. Mais elle comprend ses mots, consciente du combien la situation est délicate. L’idée d’un subterfuge serait certes un mensonge envers le peuple, mais il est vrai que la situation serait plus simple à gérer de cette façon. Elle se demande comme la nouvelle va être perçue. Elle se demande comment le peuple va réagir, si elle se fera haïr ou si elle réussira à se apprécier un minimum. Tant d’incertitudes sur son avenir à présent.

Et face à elle, sa nouvelle certitude. Cet homme est son père est son envie est partagée. Celle qui n’a été faite qu’à demi-mots, perdue dans des suppositions qui n’étaient en fait qu’une réalité qu’elle n’osait avouer, de peur que la réponse qu’on lui offre soit qu’elle soit stupide. Mais non. Elle a l’impression qu’une partie de sa vie pourra afin être vécue pleinement. Car on ne peut pas dire qu’elle ait véritablement su être proche de son père…Enfin, du mari de sa mère, pour être plus précise. Elle présente un sourire radieux à sa majesté.

« J’en suis ravie…Et honorée bien sûr. Peut-être pourrions-nous faire croire au peuple que de me laisser grandir loin de mon père et de ma situation était un moyen de me protéger ? Vu les récents évènements avec le Roi Naberius, et les tensions présentes en générales, peut-être que cela pourrait sembler légitime aux yeux du peuple… »

Oui, bien sûr qu’elle y réfléchit déjà. Car c’est ainsi qu’elle a été élevée, consciencieuse, sérieuse. SI un problème se présente à elle hors de question de le laisser à plus tard, cela n’aidera en rien à la découverte d’une solution plus efficace. Mais bien évidement tout ceci n’est que suggestion et cela ne l’étonnerait pas que le Roi ai une bien meilleure idée, lui qui a l’habitude de cette vie et de ce monde.
Code par NKM.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les grandes vérités sont ordinairement simples.   

 

Les grandes vérités sont ordinairement simples.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quel sont les 3 monstres que vous trouvé les plus laids ?
» Ils sont où les moches?! :(
» Les BD qu'elles sont bien
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» Les nouveaux hommes-bêtes sont confirmés!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum