Partagez | 
 

 L'écrit d'une histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:09

I. les débuts

Au commencement du monde, tous vivaient dans l'harmonie et la paix la plus totale dans un royaume qu'on appelait Ilmyde. Hommes et Algiz, des êtres à l'apparence humaine capables de prendre une forme animale, naissaient côte à côte, vivaient ensemble et mourraient liés, comme des frères. De nos jours, quelques histoires racontant l'amitié extraordinaire d'un fils de pêcheur devenu roi et d'un Algiz capable de se transformer en loup  persistent dans la culture. En ce temps-là, ces deux peuples vénéraient deux divinités, à qui l'on accordait tous les pouvoirs de l'Univers : un homme, Vaec, et une femme, Grayling, unis par les liens d'un amour éternel censé apporter la paix dans le monde scellé par un emblème que Vaec offrit à Grayling, aujourd'hui connu sous le nom de l'emblème de Grayling.

Cependant, la légende raconte ensuite qu'il existait une jeune humaine, qu'on prétendait encore plus belle que le soleil et la lune réunis. Un jour, Vaec l'aperçut se baignant au bord d'une rivière et en tomba follement amoureux. Pourtant, à cause de sa condition divine, il ne pouvait pas l'approcher : alors, à partir de ce jour, le Dieu la regarda chaque jour, chaque heure, admirant ses sourires et sa crinière brune ondulée sans jamais pouvoir la toucher. Et lentement, Vaec se surprit à vouloir devenir lui aussi mortel, homme parmi les hommes...

Fou de chagrin, le Dieu osa prendre une apparence humaine pour rencontrer la jeune fille, quelques heures à peine avant de devoir revenir à ses fonctions. Malheureusement, la Déesse découvrit rapidement la vérité et entra dans une colère noire, blessée. Les Algiz prirent naturellement la défense de Grayling, qu'ils avaient toujours préféré et jugèrent les humains être faible et corrompu. Ils firent couler le sang de leurs frères contre qui ils avaient dormi, massacrèrent leurs villages, piétinèrent leurs temples et réduisirent en esclavage ceux qu'ils avaient juré d'aimer. Ils devinrent seuls rois d'Ilmyde.

Ainsi, les siècles passèrent. La véritable histoire de Vaec se perdit et se déforma dans les méandres du temps, ne restant peut-être de cette passion qu'une trahison d'où serait né un fils mi-divin, mi-humain. Ainsi les hommes attendirent, bafoués, humiliés. Et de ces temps sombres naquirent de nombreux martyres et héros qui tentèrent de s'échapper pour fonder un royaume où l'avenir s'annonçait moins noir. Du peu qui osèrent, beaucoup, eux comme leur famille, périrent ou furent mutilés en guise de punition.

Pourtant quelques esclaves fatigués et ensanglantés atteignirent une terre éloignée, s'affranchirent, eux puis leurs enfants, et fondèrent au fil du temps leur propre royaume : le royaume de Kireïde.

Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:09

II. guerre sans fin

Lentement, les hommes développèrent Kireïde à la sueur de leurs mains meurtries par une vie de servitude. C'est en ce temps-là qu'un homme, dont le nom a été oublié depuis bien longtemps, découvrit l'usage de la magie : d'un petit village insignifiant, Kireïde devient une contrée accueillante et fertile. Les hommes jusque la forcés de fuir pour survivre, trop faibles pour se battre, pouvaient enfin rivaliser avec les Algiz qui les avaient durant des siècles méprisés et humiliés. On se permit finalement à penser à la vengeance.

Pourtant, parmi les humains les projets n'étaient pas unanimes et bientôt se formèrent deux groupes distincts qui donnèrent par la suite lieu à deux États bien différents : ceux qui désiraient libérer les leurs restés prisonniers, Kireïde, et ceux qui jugeaient l'aventure trop périlleuse, Asmosa.

Ainsi Kireïde la vaillante partit à l'assaut du sol que leurs ancêtres avaient fui, convaincus de leur victoire. Leur arrogance eut raison d'eux puisqu'ils n'étaient encore qu'un État balbutiant face à Ilmyde qui les écrasa et les réduisit en colonie, balayant leur armée.

Mais, Ilmyde était avide et ne voulait plus s'arrêter en si bon chemin : elle voulait Asmosa. Durant des décennies, la guerre déchira les deux États, mis à feu et à sang par la haine et emportant dans sa folie de nombreux innocents. On vit les mères pleurer leurs enfants, les femmes leurs maris, les orphelins leurs pères, les sœurs leurs frères dans les rues, on vit les maladies s'abattre et les famines se succéder. Ce fut pour tous des temps très noirs, si sombres qu'on désigne cet épisode sous le nom de La Guerre sans Fin.
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:09

III. les religieux

Ainsi des Hommes et des Algiz, fatigués par cette terrible guerre qui n'en finissait pas, s'unirent peu à peu sous le drapeau d'une nouvelle institution religieuse : l'Ordre du Culte, afin de ramener la paix. L'organisation gagna rapidement en puissance et devint assez influente pour imposer sa volonté dans le conflit, aidée par de bien étranges pouvoirs aux limites du divin... c'est du moins ce que disent les rumeurs.

Toujours est-il que l'Ordre devint si puissant qu'il repoussa Ilmyde hors des frontières de Kireïde, redevenue ainsi libre, puis s'attaqua au royaume des Algiz. On raconte alors qu'une poignée de soldats Algiz auraient jeté leurs casques au sol face à l'armée ennemie, refusant de continuer le combat et furent bientôt imités par le reste des leurs. Ilmyde, affaiblie, brisée, dont les soldats ne voulaient plus combattre, fut forcée de se plier aux exigences de l'Ordre : tous les humains furent affranchis et les Algiz durent se soumettre au culte de Vaec.

L'Ordre du Culte étendit ensuite sa puissance dans les trois royaumes jusqu'à pouvoir intervenir comme bon lui semble dans les relations politiques et construisit, au paroxysme de sa puissance, le siège de son pouvoir : Sollvaec sur une île artificielle. Bien que le Temple vénère Vaec, protecteur des hommes, il véhiculait une image de paix qui séduisit nombreux Algiz après des temps si agités.
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:10

IV. Grand Complot
<
Cependant, bien que la paix fut revenue, il est coutume de dire que les rancœurs ne disparaissent jamais vraiment. Ilmyde mise à terre ne pardonna jamais à l'Ordre du Culte et aux hommes de les avoir ainsi humiliés et n'aspirèrent qu'à retrouver leur gloire passée. Ainsi de nombreux Algiz restèrent, loin des regards, fidèles à Grayling et préparèrent dans le plus grand des secrets une terrible vengeance.

Trente-six ans après, jour pour jour, une attaque fut menée au Palais de Kireïde, ce qui donna lieu à un tragique massacre : une partie de la famille royale fut sauvagement assassinée, tout comme la majorité des domestiques. Ce massacre fut connu sous le nom du "Grand Complot". Les relations diplomatiques furent encore une fois tâchées de sang et de haine. Kireïde ne put tolérer une telle attaque et déclara la guerre à Ilmyde. De nouvelles batailles ravagèrent le continent avec plus d'ardeur encore.
Si bien que l'Ordre du Culte se devait d'intervenir : l'organisation essaya d'y mettre fin, sans grand succès. En effet, les nombreuses divergences qui s'étaient installées entre les membres du clergé étaient à présent claires, et l'Ordre perdit l'unité qui faisait sa puissance autrefois. Considérablement amoindri, il ne peut plus intervenir avec autant de violence, ses forces se concentrèrent donc principalement en sa capitale et abandonnèrent Asmosa et Kireïde à eux-mêmes.

Nous sommes en l'an 872. Une année après le Grand Complot.
Ilmyde et Kireïde sont officiellement toujours en guerre, mais pourtant, les soldats ne font qu'attendre à leur poste : aucune réelle bataille n'a eu lieu depuis 10 mois déjà à l'exception de nombreuses escarmouches au niveau des frontières des deux pays. Les tensions s'intensifient de jour en jour, car même si on sait que les deux Royaumes sont en réalité en train de se reconstruire, on ne sait quand l'un ou l'autre frappera. Asmosa tente de rester en terrain neutre tandis que l'Ordre du Culte ne semble pas arriver à une conclusion face à ses dissensions internes.

Aujourd'hui, les relations entre les Etats sont au plus mal : la rancune perdure et tous ont la volonté d'imposer leur vision du monde. Entre jeux d'alliances, stratégies et volontés divines, l'avenir qui se dessine semble des plus sombre.
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:10

V. une menace

Le Grand Complot avait déjà bafoué le monde et pourtant, nul ne pouvait imaginer ce qui se profilait à l'horizon. Tout avait commencé par un simple kidnapping. Ilmyde n'en avait pas eu assez avec l'attaque d'il y a un an à l'égard du pays des volcans, il souhaitait plus, toujours plus. La demoiselle en détresse n'est qu'une simple voleuse des bas quartiers d'Hélios et pourtant, tous les regards ont fini par se tourner dans sa direction. Qui est-elle vraiment ? Nul ne le sait sauf peut-être le dirigeant des homme-bêtes.
Aucune nation n'avait réagit, que cela soit Kireïde ou l'Ordre du Culte qui se voulait partisan de la paix. Seuls des individus lambdas, des aventuriers avaient eu le courage d'affronter le courroux des Algiz. Ils avaient traversé les frontières dans l'espoir de pouvoir libérer la captive. Certains par la force, d'autres par les mots.

Mais rien ne se passa comme prévu. A cet instant tout bascula. Un puissant tremblement se fît ressentir dans toute la nation des algiz puis le ciel se retrouva envahit par une multitude de créatures inconnues. Nul ne sait ce qu'elles sont mais elles étaient violentes et agressives envers quiconque se plaçant sur leur chemin. Le carnage ne cessa qu'au bout d'une longue heure, suite à un étrange cri féminin. Comme par magie les monstres se séparèrent dans tout Meinarest, attaquant par surprise certains hameaux, certaines régions.

Puis quelques semaines.
Aujourd'hui la situation s'avère critique. Les populations font le nécessaire pour continuer de vivre comme si de rien était. Les routes sont à présent souvent arpentées par des soldats afin de protéger les individus lambdas, dans l'impossibilité de se défendre. Ilmyde reconstruit sa capitale suite au violent assaut subit il y a quelques semaines tout en surveillant encore plus les frontières et les passages. Les frontières ne sont pas pour autant closes. Sollvaec souhaite elle prendre contact avec les autres pays afin de créer une action mondiale contre les « envahisseurs ». Mais les relations internes du pays sont de plus en plus tendues, certaines personnes allant jusqu'à prétendre que les créatures pourraient être une menace de Grayling en personne. Asmosa reste quant à elle fidèle à elle-même et provoque la méfiance de ses voisins. Aucun changement, aucune attitude susceptible de se défendre. D'ailleurs, les monstres seraient bien moins présents dans le pays des mages. Kireïde fait le nécessaire pour protéger sa population et le souhait de posséder un dirigeant concret se fait de plus en plus ressentir, que cela soit par la noblesse ou la peuple lui-même.

Et vous, où vous situez-vous dans la soudaine crise ?
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Grayling
avatar
Grayling
Messages : 275

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   
11.10.14 9:10

VI. LE COURONNEMENT

Le monde devient bancal, difficile à gérer. Les dirigeants des différentes nations font de leur mieux pour établir une paix stable dans le monde de Meinarest, en compagnie des monstres qui sont dorénavant une partie à part entière des terres. Mais les regards ne sont plus tournés vers eux, la direction de l'attention des peuples est figée sur une toute autre cible. Kireïde. La nation des volcans s'apprête à agir, à montrer que le pays ne courbera jamais l'échine et c'est avec un acte, une décision bien précise qu'il compte le prouver à tous. Un couronnement est annoncé, un événement primordial susceptible de changer la donne des relations politiques de toutes les régions.

Le prince Phoebus deviendra roi. Il dirigera son peuple vers un avenir que tous souhaitent glorieux. Toutes les sphères des peuples humains sont invitées. Tout autant les nobles, que les paysans. Autant les habitants de Kireïde que ceux d'Asmosa, le dirigeant de cette dernière inclus. La fête s'annonce glorieuse, bien que les buffets soient tous divisés afin de ne pas mélanger les richesses, les injustices se poursuivant tout de même et ce, de manière passive. Bien que ce détail pouvait sauter aux yeux de certains, aucune ombre ne s'annonçait au tableau. Tout du moins jusqu'à ce moment précis, fatidique.

Les algiz ne comptaient pas rester passifs face à ce futur. Dissimulés dans la foule, le souverain d'Ilmyde en personne est présent en compagnie de ses alliés les plus proches. Le but est simple, annihiler le récent élu. Ils attendaient le bon moment pour agir, un instant précis. Avec hâte, ils parviennent à atteindre Phoebus ou presque. Le roi Oberon, maître du pays des mages ne peut se retenir et parvient à blesser Naberius, le loup blanc. Le reste des troupes, lui, est interrompu par les gardes ou autres présents emprunt au courage. Puis Miseriah, cette étrange jeune fille à la chevelure blonde, cette fascinante demoiselle, nouvelle proche du roi d'Asmosa, comme sortie de nulle part.

Personne n'aurait pu imaginer qu'un si petit être pouvait dissimuler autant de puissance. Tandis que les combats se poursuivent, la jeune fille use d'un sort, un vaste et infranchissable dôme autour de Phoebus et des siens afin de les protéger. Nul ne peut se retenir face à un tel acte, les humains sont abasourdis, les algiz, eux, prennent la fuite avec leur dirigeant blessé dans le conflit. Peu à peu, tous essaient de poursuivre comme si de rien était bien que la jeune Miseriah reste gravée dans les esprits de beaucoup. Kireïde est tiraillée quant à elle : déclarer la guerre, assouvir sa vengeance ou bien prôner la paix malgré tout. A nouveau, la menace d'une nouvelle bataille se profile bien que tous oublient la présence d'une nation, d'une entité : Sollvaec.

Laissera-t-elle une telle violence se produire ? Qui sait.
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'écrit d'une histoire.   

 

L'écrit d'une histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum