Partagez | 
 

 Je veux ça!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kiréide
avatar
Zephyr
Messages : 31
Age : 24
Âge de votre personnage : 44 ans
Classe : Mage d'eau
Royaume : Kireïde

MessageSujet: Je veux ça!    
03.11.14 21:21



Un nouveau monde

Ce matin là j'étais prêt, je voulais faire ça depuis un moment mais je n'avais jamais pris vraiment le temps. Mais voila aujourd'hui Alfred me jugeait apte à sauter le pas, il avait même approuvé ma tenue, mes recherches avaient payé. J'allais enfin pouvoir aller au marché! Cet endroit me parait toujours si exotique et merveilleux, il fallait bien que j'y aille un jour, même si les événements qui allaient se dérouler n'était pas spécialement prévu au programme. Avant de partir pour le quartier marchand de la cité je n'oublie pas de compléter mon déguisement de paysan en troquant mon crochet en or incrusté de pierres pour un plus discret, mais par le mage originel qu'il est moche, en métal banal. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour avoir de nouveaux frissons, découvrir de nouvelles choses!

Une fois sur place, devant les étalages de marchandises, pas aussi glorieux qu'avant les attaques de monstres me fit remarquer mon cher majordome grimé en vieux bonhomme, j'étais surexcité. Bon je ne pouvais pas le montrer, laisser exploser ma joie, Alfred m'avait prévenu que ça ne se faisait pas et que je devais résister à l'envie de toucher et goûter à tout. Je me contenais donc du mieux que je le pouvais. L'endroit devait sans doute paraître un peu sale avec un côté misérable mais pour moi il était pittoresque, dans le bon sens du terme, pareil à ceux des histoires qu'on m'avait conté durant mon enfance. Mais voila regarder ne me suffit pas longtemps, il me fallait plus, comme toujours. Un stand tenu par une jeune fille brune attira mon attention, une maraîchère... vendre des fruits et des légumes... idée sympathique...

Après mettre arrêté quelques instants devant cet étalage je me tourne, tout sourire, vers Alfred qui en voyant ma tête me comprit tout de suite et leva les yeux au ciel. Il partit quelques instants, vers d'autres étalages et revint me murmurer quelques mots à l'oreille. Quelle efficacité cet Alfred, heureusement qu'il était là! Grâce à lui j'avais à ma disposition tout ce qu'il me fallait pour moi aussi pouvoir vendre des fruits et légumes et j'allais m'installer à côté de la petite brunette de tout à l'heure, elle avait l'air de s'y connaitre.

-Bien le bonjour, lâchais-je plein d'entrain à celle-ci en installant des tréteaux. Je m'appelle Zephyr, ton nouveau voisin et concurrent il semblerait!

Il fallait maintenant poser des larges planches de bois sur les pieds que je venais d'installer, le poids ne me gênait pas mais... pourquoi du bois et pourquoi des planches? Avec un crochet je vous assure que ce n'est vraiment pas pratique et mon Alfred qui était partit cherché des choses à vendre... J'aurai du y sentir venir, me rendre compte que soulever une des plaques me ferait basculer en arrière et tomber sur mon magnifique postérieur alors que je voulais la rattraper alors qu'elle me glissait des mains. Parterre, le crochet coincé dans la planche, à moitié assommé, je dois avoir l'air bien fin, très crédible dans mon rôle de marchand. Perdu pour perdu...

-Quelqu'un? Un peu d'aide ne serait pas de refus.



_________________
avatar par Tomoé :3


booya:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Ilmyde
avatar
Reina
Messages : 24
Age : 27
Âge de votre personnage : 23 ans
Classe : Algiz
Royaume : Ilmyde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
07.11.14 21:13

C’était une journée tout à fait anodine sur le marché de Kireide. Le soleil était au beau fixe malgré l’ambiance qui l’était moins depuis la montée en puissance de cette sorcière maléfique. Il y avait depuis peu une tension assez palpable, mais malgré celle-ci, il fallait bien survivre. Que ça soit en se nourrissant tout comme en essayant de gagner quelques malheureuses pièces scintillantes pour accéder à un certain confort. Personne n’était assez fou, pour oser rejeter un plat riche et fumant ou un lit douillet et réconfortant. Il y avait bien quelques audacieux, mais leur rechignement ne devait pas durer bien longtemps. Parmi les quelques étalages qui se tenaient fièrement dans ce marché fleurissant, Reina s’efforçait de tout mettre en place assez rapidement malgré la lourdeur de certaines caisses. Sous la lueur du soleil rayonnante, les pommes qu’elles exposaient se montraient bien plus belles et bien plus rouge encore. Les légumes de saison étaient mis en avant, prenant soin de ne pas se chevaucher les uns les autres. Ils étaient rangés minutieusement montrant le soin qui leur était apportée. Les quelques clients qui se promenaient en quête de victuailles, ne tardèrent pas à se présenter, désirant remplir leur papier en osier avant de continuer leur route vers d’autres stands parfumés, emplis de couleur chatoyante. Le contact se devait d’être polie, chaleureux, mais aussi commerçant, car après tout, il était primordial d’écouler les stocks et de repartir avec très peu de marchandise. Remerciant chaque personne qui s’arrêtait auprès de son étal, la demoiselle profitait d’un moment de calme pour remettre en ordre ses produits, enlevant parfois les caisses à moitié vide pour en remplir d’autre. Les allers-retours étaient nombreux, mais c’était un travail qu’elle n’aurait échangé pour rien au monde. Cela lui rappelait parfois de bons souvenirs, quelquefois tristes à cause des souvenances de son défunt père, mais surtout joyeux.

Alors que la population semblait venir en masse dans l’avenue, la jeune algiz sentait qu’un regard était posé sur sa petite personne. Non pas intensément, mais assez pour qu’elle le ressente et qu’elle lève la tête pour observer la nature de ce comportement. Non loin d’elle, à quelques mètres à peine, se tenait un homme d’une carrure assez impressionnante. Du moins, ce n’était pas un homme à qui on irait chercher des noises. À moins d’être suicidaire et de vouloir en finir au plus vite avec la vie. Curieuse, Reina s’était mise à soutenir son regard avant de se faire interrompre par un nouveau client. Tout cela semblait bien étranger, mais peut-être qu’elle se faisait de fausses idées. Après tout, cet homme était juste en train d’observer les marchandises qu’elle avait à proposer. Sur un marché, ce genre d’observation était assez fréquent de toute façon. Saluant, tout en remerciant son client qui s’éloignait sans demander son reste, la jeune roussette ne tarda pas à remarquer que l’homme à la carrure développée ne se tenait plus devant son stand, mais à côté de celui-ci. Son partenaire lui, avait fait faux bond. Peut-être pour mieux revenir qui c’est ? En tout cas, elle fut surprise d’entendre qu’il était lui aussi un commerçant. L’habit ne faisait pas le moine, et l’algiz renarde n’était pas du genre à juger, mais il fallait avouer que c’était assez déroutant. Pourtant, malgré son étonnement, Reina ne tarda pas à afficher un sourire amusé répondant sans plus attendre à ce Zephyr qui semblait assez dynamique dans sa façon d’être tout comme dans son comportement.

« Un nouveau concurrent hein ? Il me tarde de voir ce dont tu es capable ! Enchanté donc. Je suis Reina, ta rivale et voisine. Faisons de notre mieux. Si jamais tu as un souci ou une recommandation, n’hésite pas à t’adresser à moi. »

Elle avait un pressentiment qu’elle n’arrivait pas à se défaire depuis que ce nouveau marchand s’était installé près d’elle. Déjà, c’était bien la première fois qu’elle le voyait et si elle l’avait déjà rencontrée, elle se serait sûrement souvenue de lui, à ne pas en douter. Il n’était pas méchant en soi, il avait l’air d’ailleurs assez chaleureux, mais quelques choses dans sa démarche laissait penser qu’il n’était pas un commerçant ordinaire. Peut-être qu’au fond Reina était un peu trop méfiante, et plutôt que de s’en faire, elle préféra laisser le marchand à ses occupations. Après tout, il devait venir d’une autre région et il s’était sûrement laissé tenter par le royaume de Kireide. C’est bien ce qu’elle avait fait elle. Bien que son choix ne soit pas vraiment volontaire. Retournant à son occupation première, la demoiselle bazarda quelques caisses vides dans sa petite roulotte avant d’entre un bruit assez fracassant non loin d’elle. Reculant de quelques pas pour voir ce que faisait son voisin, la demoiselle fut d’abord déconcertée en voyant que celui-ci n’était plus debout, mais parterre dans une position peu flatteuse. Visiblement, la planche avait tenté de se rebeller contre son maître et celui-ci avait dû en payer les frais. Pouffant vivement tout en s’approchant de cette pauvre victime, la jeune rousse ne tarda pas à s’approcher de Zephyr, posant avec un sourire moqueur ses deux mains sur ses hanches. Elle s’était un peu penchée en avant, de façon à mieux se faire voir par cet homme robuste. Cette scène avait quelques choses d’hilarante et bien qu’elle essayait de se contenir, un nouveau rire s’échappa de ses lèvres rosées avant de prendre la parole pour de bon.

« Ouah ! Nous avons une sacrée concurrence là. Tu sais quand je te parlais de t’aider c’était plus pour te conseiller où pour arranger ton étal. Pas pour t’aider à te relever… »

Son sourire moqueur était toujours affiché sur son visage. Bon c’est sûr qu’il ne fallait pas compter sur la jeune femme pour remettre sur pied ce marchand gauche. Il devait faire quoi ? Vingt kilos de plus qu’elle ? En fait c’était surtout du muscle et autant dire que le muscle c’est plutôt dur à soulever pour un poids plume. Mais bon, au moins elle pouvait aider ce pauvre malheureux en retirant la planche de bois à son crochet. D’ailleurs, ce n’était pas courant de voir ce genre de détail. Ça faisait un peu pirate des mers. Analysant la façon dont la main de fer s’était enfoncée, Reina réfléchissait à  une astuce pour retirer la planche sans faire de mal à son voisin — bien qu’il ne doive pas ressentir grand-chose — tout en forçant pour décrocher cette union. Quand ce fut fait, le bois ne tarda pas à se retirer un peu trop brutalement ne manquant pas de faire tomber la roussette en arrière, qui sans faire attention lâcha la planche sur le coup de l’étonnement.

« Aie, aie… Saleté ! » Essayant de se relever tout en secouant un peu ses vêtements pour épousseter la poussière, l'algiz renarde ne tarda pas à reprendre vivement ses esprits, se rappelant subitement qu'elle n'était pas seule. « Est-ce que ça va ? Pas trop de casse ? »

Dans sa maladresse, la jeune femme espérait qu’elle n’avait pas aggravée les choses en faisant tomber à nouveau la planche sur le pauvre Zephyr. Cela aurait pu être hilarant dans un sens, mais dans l’autre, ce n’était pas vraiment plaisant de se promener avec une belle bosse.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Kiréide
avatar
Zephyr
Messages : 31
Age : 24
Âge de votre personnage : 44 ans
Classe : Mage d'eau
Royaume : Kireïde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
15.11.14 18:38



Belle bosse

Du haut de sa personne la petite dame d'à côté rigole de moi. Impudente si elle savait qui j'étais elle n'oserait surement pas mais bon je dois le reconnaître la situation devait avoir quelque chose de cocasse. Avec difficulté j'essaye d'apercevoir celle qui devait être ma sauveuse, ce qui n'est vraiment pas facile avec une grande planche de bois en guise de main... Ça pourrait être une idée! Si j'avais une petite planche de bois, non métallique, à mettre à la place de mon crochet je serai en mesure de donner  de sacrées gifles! Même si l'idée est bonne ce n'est pas le moment, je me dois de retrouver ma dignité et une position plus normale.

-Tu as proposé ton aide sans spécifié les termes du contrat! Il laissa échappé un sourire en jouant les offusqués. Tu laisserais un pauvre vieillard dans mon genre les fesses par terre? Mais que devient la jeunesse de ce pays?!

Il faut dire que dans ma position je me sentais vraiment comme un petit vieux, comme Alfred... plus vieux qu'Alfred même. En tout cas la jeune fille m'aida sans trop rechigner ni me tordre le bras, il avait assez souffert comme ça le pauvre. Enfin m'aider c'est un grand mot puisqu'en forçant, en usant de toute sa force je présume, la planche confirma mon idée. Une bonne claque voila ce que vous donne ce genre d'éléments, au moins c'était clair maintenant, efficacité prouvée. J'avais déjà une main en moins, mon beau visage était parcouru d'une cicatrice pourquoi fallait-il en plus que je me coltine une bosse rouge. Je ne suis pas très heureux, en colère plutôt, qui aime se rendre ridicule autant de fois en si peu de temps. Je pousse "l'agresseur" sur le côté mon regard crocodilien, l'effrayant comme disent mes proches, posé sur la rouquine qui se dépoussière. Un grognement. Je me lève et toise du regard ma voisine de mes 1m85, il se peut que j'ai l'air... menaçant.

-De la casse? Dis-je sèchement. Comme tu peux le voir j'ai connu bien pire! Lançais-je joyeusement en touchant machinalement ma cicatrice puis mon crochet. Merci pour l'aide en tout cas!

Sans prendre de repos je me dépêche de mettre mon étal en place puis je m'affaire à mettre toutes mes marchandises en vrac dessus. Aaaaah qu'il est bon d'être marchand!! L'air triomphant j'admire mon travail avant de jeter un oeil à la jeune femme d'à côté l'air de dire: alors impressionnée?




_________________
avatar par Tomoé :3


booya:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Ilmyde
avatar
Reina
Messages : 24
Age : 27
Âge de votre personnage : 23 ans
Classe : Algiz
Royaume : Ilmyde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
22.11.14 15:56

Osant enfin poser les yeux sur le quadragénaire, Reina constata que celui-ci été marqué d’une belle bosse sur le front. Si la situation ne l’exigeait pas autant, la demoiselle serait sûrement en train de rire aux éclats devant l’hilarité de cette scène, mais par respect pour ce cher Zephyr, elle préféra se taire, mordillant sa lèvre comme pour éviter de l’affliger encore plus. Sait-on jamais, peut-être qu’il le prendrait mal. Après tout, qui aimerait qu’on se moque de soi surtout quand on s’est pris une bonne grosse planche dans la tronche ? Sûrement que l’algiz n’aurait pas appréciée ce geste, surtout avec son caractère fière. Au vu de sa musculature plutôt impressionnante, la demoiselle préféra laisser l’homme se débrouiller tout seul pour se relever, soutenant son regard malgré son air menaçant qui était dirigé vers sa personne. C’est sûr que du haut de son un mètre soixante-deux, la petite rouquine devait faire pâle figure, mais elle continuait de regarder Zephyr tout en levant la tête. Bon pas trop non plus, elle n’avait pas envie de se risquer à un torticolis, mais toujours est-il qu’elle ne semblait pas plus impressionnée que ça. Est-ce que c’était de la folie douce ? Où un brin d’audace ? Personne ne pouvait vraiment le savoir, mais en tout cas, elle n’avait pas vraiment l’impression que cette véhémence était centrée contre elle. Pour preuve, le quadragénaire ne tarda pas à répondre devant sa question pour le moins un peu inquiète. Au début, les paroles paraissaient forte, voir sèche, mais peu à peu, la pression se relâchait pour être un peu plus gaie, moins stressante. Devant les quelques mots de son interlocuteur, Reina soupira doucement un sourire doux sur les lèvres. Bon au moins, il ne semblait pas vexé pour si peu, ce qui était à la fois rassurant et soulageant.

« Faudra quand même songer à la diminuer un peu. Quoique ça donne un air bosseur. Le genre de bricoleur un peu maladroit, ça devrait plaire à quelques clientes. » Elle pouffa un peu avant de lui répondre sur un air amusé. « Tu n’as pas à me remercier. Je n’allais pas te laisser en proie à cette planche acharnée. À croire qu’elle s’est éprise de toi. »

Oui parfois Reina était un brin moqueuse, mais ce n’était jamais pour paraître méchante. Après tout, cela correspondait à son caractère assez joueuse. Voyant que marchand n’avait plus besoin de sa personne, l’algiz ne tarda pas à reprendre sa place auprès de son propre étalage, s’occupant rapidement de quelques clients avant de tourner la tête vers l’homme pour voir si son dur labeur avançait. Apparemment c’était le cas, d’ailleurs il semblait assez fier de lui, comme s’il voulait épater la galerie. En s’approchant de sa marchandise tout en se tenant au côté de Zephyr, la jeune femme regarda un long moment l’étalage d’un air perplexe avant de se tourner vers son interlocuteur. Son regard rougeâtre était suspicieux, comme si elle se questionnait grandement sur la personne qu’elle avait en face d’elle. Avait-il vraiment l’expérience nécessaire ? Car niveau confiance cela allait. Il avait ce qu’il fallait, mais concernant l’organisation… Ce n’était pas vraiment au point.

« Dis-moi… C’est ton premier commerce ? Où c’est juste l’excitation qui te fait faire n’importe quoi ? » Sur ses brève paroles, la rouquine s’approcha de la marchandise, indiquant ce qui n’allait pas vraiment et les erreurs à ne pas effectuer. « Il faut un minimum d’organisation. La marchandise doit être traitée avec respect. Pense un peu au paysan qui trime pour faire pousser ses quelques victuailles. Respect son dur labeur en manipulant tout cela avec soin. ».

Retroussant ses manches tout en attachant rapidement ses longs cheveux roux écarlates, Reina ne tarda pas à soulever quelques caisses, interpellant Zephyr d’un signe de main pour qu’il puisse l’aider à défaire tout son travail. S’il voulait réussir à liquider tout son stock autant l’aider à avoir une présentation digne d’un vrai maraîcher. Dés que toutes les caisses furent à terre, la jeune femme s’essuya rapidement le front avec son poignet avant de se tourner à nouveau vers son nouvel élève du moment. Ses mains sur ses hanches lui donnaient un air autoritaire, mais son sourire cassait cette image en la rendant un peu plus douce.

« Pour commencer, tu dois mettre les aliments de première nécessitée en avant. C'est-à-dire, tout ce qui est pomme de terre, carotte et victuaille de saison. Tu dois donc faire un mélange de saveur, sans trop perdre tes clients. Tu as aussi un code couleur à respecter. Il y a des couleurs qui attirent plus l’œil que d’autres. Par exemple… la couleur orange te sera plus utile pour diviser tes produits. Et il fait parfaitement ressortir le vert. Tout comme le jaune. Va-y essaye. »

Préférant mettre à contribution le marchand pour qu’il puisse comprendre la marche à suivre, la jeune femme le laissait mettre en ordre sa marchandise, en se permettant parfois de l’interpeller quand quelques choses n’allaient pas tout en l’obligeant à venir à côté d’elle pour qu’il analyse son erreur. Quand il eut finit, son étalage était déjà bien plus offrant et bien plus agréable à admirer. Félicitant son élève de courte durée, la jeune femme remit en place ses manches, avant de donner quelques conseils bonus à son concurrent.

« Maintenant ta plus qu’à attirer la clientèle ! Faut que tu capte son attention, mais aussi que tu le guides dans ses choix. N’hésite pas à le conseiller et parfois de lui faire goûter ta marchandise. C’est le meilleur moyen de le conquérir. Tu vas voir, ça va le faire ! » Maintenant Zephyr avait toutes les cartes en main pour réussir dans son projet tant désiré, enfin, il avait presque toutes les cartes en mains. En se rappelant d’un dernier conseil, la jeune femme se permis d’appeler à nouveau le quadragénaire avant de pointer ses deux index pour lui montrer ses lèvres rosés. « Oublie pas aussi le plus primordiale : Le sourire ! Soit chaleureux et tu attireras les foules ! Bonne chance ! »

Sans vraiment l’avouer, la rouquine comptait bien surveiller le marchand du coin de l’œil de façon à voir de quoi il était capable derrière son petit comptoir. S’il fallait, elle n’hésiterait pas à venir le conseiller encore, voir même à se tenir derrière son stand pour l’aider dans cette démarche de commerce. Ce n’était pas tous les jours, que son quotidien était bouleversé de cette façon et autant dire que c’était plutôt agréable, même si l’homme ne payait pas vraiment de mine. C’était à se demander qui était-il vraiment et pourquoi il était venu en ce jour sur le marché, mais ça, Reina aurait tout le loisir de le découvrir plus tard. Pour le moment, place au travail.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Kiréide
avatar
Zephyr
Messages : 31
Age : 24
Âge de votre personnage : 44 ans
Classe : Mage d'eau
Royaume : Kireïde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
28.11.14 6:23



Leçon n°1

Lorsque je me mis à installer mon étal bien joyeusement la jeune fille se mit à me taquiner et si elle me voyait dans mes habits habituels jamais elle n'aurait osé. Voila pourquoi j'aimais parfois prendre une autre apparence que celle de mon rang afin de pouvoir parler plus librement avec les petits gens. Je laisse passer, il est fort sympathique de se faire traiter de la sorte, d'être aussi familier avec quelqu'un, et non un crocodile, en si peu de temps. Plus qu'absorbé par ma tâche je me contentais donc de lui sourire en guise de réponse tout en étalant mes légumes. Alors que j'étais fort contente et fier de moi il fallu que la demoiselle ne me fasse ravaler mes sentiments, a priori être maraîcher n'était pas aussi simple que je l'aurais cru. La rousse en tout cas ne se retint pas de me faire des remarques avec une attitude plutôt autoritaire.

Qui aurait pu croire qu'à 44 ans j'eusse encore été houspillé comme un enfant, qui plus est par une jeune fille? Bon, Alfred vous dirait surement que cela ne l'étonne point le moins du monde mais il n'est pas une référence pour ce genre de chose... ou est-ce parce qu'il me connait trop bien? Revenons à nos moutons à présent! Loin d'être offusqué par cette leçon improvisée j'écoute attentivement ma professeur, curieux je l'ai toujours été, bien qu'insubordonné la plupart du temps je sais écouter lorsque cela me semble pertinent et c'est précisément le cas maintenant. J'ouvre grand mes yeux et mes oreilles, ne cherche pas à répondre, je n'ai pas envie d'être découvert si rapidement. Les couleurs intéressants, mon qui pensait que tout jeter sur une table en bois suffisait, je n'aurais jamais pensé que c'était si complexe. Elle ordonne je m'exécute et alors, comme elle m'y invite, j'essaye à mon tour de placer les précieux végétaux de la manière qu'elle m'a indiqué. Une fois fait je me recule une peu, plisse les yeux et me tourne vers elle.

-Alors c'est mieux non?

Elle me félicita, j'aime quand on me félicite, ce qui m'emplit de nouveau de fierté. Torse bombé j'écoute attentivement ses conseils qui me seront surement précieux. Cependant la suite allait se corser puisque je ne sais vraiment pas de quelle manière je vais arriver à vendre des mets que je ne connais pas ou peu... Par contre sourire ça je sais faire et c'est d'ailleurs un un peu gêné que j'adresse à Reina, alors qu'elle retourne à son propre gagne pain. Bon faisons de notre mieux! Malgré mes faibles connaissances en flore comestible, je mange moi je ne cuisine pas, qui me font plus que défauts au début je découvre quelque chose de très intéressant. Une femme faisant ses courses s'approche de mon étal et au moment de me poser une question elle pose les yeux sur moi et rougit. Voyons pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt, Combien de fois j'avais embobiné des gens par mon sourire et mon charisme, il m'est facile de baratiner pour charmer mes clientes. Et quelle chance pour moi la majorité des acheteurs sont des femmes! Je ne pensais pas m'en sortir aussi bien étant donné mes conséquences, je pensais réellement tester ce métier sans rien attendre mais je dois avouer que je m'amuse. Je profite d'un instant sans personne pour regarder comment s'en sort mon institutrice.

-Je ne voulais pas l'admettre mais c'est effectivement mon premier marché, je l'avoue. Mais je ne m'en sort pas trop mal il me semble, non? J'ai l'impression de pouvoir vendre n'importe quoi à n'importe qui! Je veux dire je n'y connais rien et pourtant sous pèse ma bourse! Dis-je en lui tendant mon butin.




_________________
avatar par Tomoé :3


booya:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Ilmyde
avatar
Reina
Messages : 24
Age : 27
Âge de votre personnage : 23 ans
Classe : Algiz
Royaume : Ilmyde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
08.12.14 18:58

Tel un ange gardien, Reina ne se gênait pas pour observer son apprenti de loin. Apprenti était un bien grand mot, mais il était amusant de le considérer de cette façon, surtout qu’il était bien plus vieux qu’elle. Comme quoi, ce n’était pas toujours les personnes les plus âgées qui possédaient la connaissance absolue. Dans le cas de Zephyr, disons que c’était un peu plus compliqué. D’une part, car il n’était pas marchand, et d’une autre, parce qu’il possédait des connaissances tout autre que la jeune femme était loin d’acquérir au vu de son propre statut social. Mais tout cela, n’était qu’un détail superflu. Tout ce qui importait la jeune femme pour le moment c’était d’aider ce joyeux luron qui avait l’air de s’en sortir parfaitement. Et sans son aide en plus. Comme quoi, il était bien plus débrouillard qu’il en avait l’air. Son étale était à présent attirant grâce aux nombreux conseils de la jeune algiz et apparemment, son âge mûr et charmeur avait l’air de séduire les clientes qui s’approchèrent confiante de sa marchandise. Il fallait bien avouer, Reina était plutôt étonnée de voir le quadragénaire s’en sortir à merveille. Lui qui avait l’air un brin maladroit, c’était à croire que celle-ci l’avait abandonnée pour faire de lui un marchand digne de ce nom. Souriant avec amusement, la jeune femme était plutôt satisfaite pour lui. Après tout, c’était toujours plus intéressant quand les affaires se passaient pour le mieux, et surtout quand on écoulait les stocks de victuailles sans même avoir une seule réserve à ramener avec soi. Ne voulant pas prendre contre son apprenti et surtout par esprit de compétition, la rouquine s’activa avec hâte, essayant à son tour d’attirer la clientèle avec une tout autre approche. Bonne humeur et sourire était au rendez-vous ce qui était tout aussi efficace que le charme d’une figure masculine. Dés que la foule s’évaporèrent un peu plus loin, la jeune algiz en profita pour se tourner vers Zephyr s’approchant de lui tout en lui tendant la main pour qu’il y dépose sa bourse dans la sienne. Effectivement, il ne s’en sortait pas trop mal, et pour dire les affaires avaient bien marché pour lui. Adressant à nouveau un sourire franc et jovial, Reina lui rendit sans attendre sa bourse avant de lui répondre sur le même ton que son sourire.

«J’avoue ! Tu ne t’en es pas trop mal sortis ! Mais attention à ne pas être trop confiant tout de même ! » C’était juste une petite mise en garde avant de reprendre de plus belle. « Pour fêter la réussite de ta première fois que dirais-tu d’aller se rafraîchir dans une auberge pas loin ? Dés que le travaille sera fini on pourra y aller et bien sûr… C’est toi qui paye ! »

Le sérieux c’était évanoui de son visage pour être aussitôt remplacée par un air amusé. Après ses dernières paroles, la jeune femme avait adressée un clin d’œil malicieux à son concurrent avant de rire doucement, comme pour montrer qu’elle n’était pas vraiment sérieuse concernant la note à payer.

« Je plaisante ! On se payera chacun une tournée ! Bon bien sûr c’est selon si tu es disponible après ça ! Si tu as de la route à faire, je peux comprendre tout à fait que tu n’en es pas l’envie. En tout cas, pour ma part ça sera avec plaisir ! »

Après tout, c’était toujours reposant de parler autour d’une chope — alcoolisée ou non — et de discuter longuement de tout et de rien. Ça permettait parfois d’oublier le dur labeur, mais aussi les malheurs actuels qui se passaient dans tout Meinarest. Il était bon de penser à autre chose et de rire à nouveau comme au bon vieux temps. Avec insouciance et liberté. Au fond Reina espérait que le quadragénaire accepte sa proposition. Même s’il était plus vieux qu’elle, il était toujours intéressant de parler avec ses ainées, puis c’était toujours plus convivial qu’un « bonjour » et « au revoir » polis, mais terne au niveau sociabilité. Mais avant de penser détente, il fallait finir le travail à effectuer sur le marché et entre autre, se débarrasser de sa marchandise pour repartir l’esprit léger. Pour l’algiz renard, ce n’était pas un défi irréalisable et sûrement que ça ne le serait pas non plus pour Zephyr.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Kiréide
avatar
Zephyr
Messages : 31
Age : 24
Âge de votre personnage : 44 ans
Classe : Mage d'eau
Royaume : Kireïde

MessageSujet: Re: Je veux ça!    
22.01.15 4:05



Après l'effort le réconfort

La jeune fille saisie mon butin pour le sous-pesé. Vas-y ma grande tu peux y aller! J'essaye de me contenir du mieux que je peux mais lorsqu'elle me rend ma bourse en admettant que j'avais bien travaillé je ne peux m'empêcher de me dandiner légèrement. J'avais en main les premières économies que j'avais gagné par moi-même. Oh joie! Je me sens à la fois fier et excité, ça me donne envie de danser. Mais bon, la journée n'est pas finie je vais donc éviter de faire fuir les potentiels clients en démontrant mes capacités, plutôt impressionnantes il faut l'avouer, pour cet art subtil. Je me contente donc de sourire de toutes mes dents et de passer d'un pieds à l'autre. Ma joie ne fit qu'augmenter d'ailleurs à la proposition de Reina. Déjà j'allais dépenser mon argent "durement" gagné et j'allais aller dans une taverne... Une taverne! Bien sur j'y étais déjà allé, une fois, mais je n'étais pas resté longtemps, en rentrant j'avais perdu le goût de découvrir ce lieu populaire.

-Oh oui allons-y!!! Avec ce que j'ai je pense pouvoir t'offrir de quoi te rafraîchir très chère! Maintenant j'ai hâte de terminer! Quelle journée fantastique! J'ajoute rapidement avant de reprendre ma place, que de découvertes!

Et sur ces mots je retourne à mon activité du jour. Plus qu'heureux je suis motivé, rayonnant et cela doit se voir puisque j'ai la nette impression que plus de gens viennent acheter mes produits. Le seul "problème" survint plus tard lorsque mon étale fut presque vidée et que les autres marchands se mirent à ranger. Fallait-il moi aussi que moi aussi je m'atèle à cette basse besogne? Soudainement triste je lance un regard interrogateur à la rouquine, j'espère ne pas être obligé de faire cela. Pourtant, sans même connaître sa réponse je sais bien au fond de moi que je dois faire comme tout le monde... Puis même si je ne le faisais pas il était évident que la jeune marchande allait ranger méticuleusement tout son attirail. Nooooooooon c'est pas juste je veux aller à l'auberge et je veux y aller maintenant!

Oh j'ai une idée! Ah soulagement! Nous allons pouvoir nous asseoir, ce que mon corps appréciera énormément et profiter de... ce que l'on peut profiter dans ce genre d'établissement. Tranquillement je monte mes mains près de mon visage et je les frappe entre elles 2 fois. Je n'ai pas longtemps à attendre pour voir se profiler non loin de là la silhouette droite et fine de mon très cher Alfred. Le nettoyage c'est son affaire, son rayon, son dada.

-Alfred je te prie de bien vouloir ranger nos étales! Je me déplace rapidement vers la jeune femme que je prend par le bras. Nous allons dans une "auberge" et regarde ça, je vais payer avec de l'argent que j'ai gagné par mes propres moyens!

Sous sa lourde moustache mon Alfred sourie, je sais qu'il est content, en fait j'ai l'impression qu'il est toujours heureux que je le sois. Enfin sans attendre l'avis de personne j'emmène Reina hors du marché et la conduit vers le centre. Cependant je me stoppe au bout de quelques minutes.

-Euh... on va où au fait?




_________________
avatar par Tomoé :3


booya:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je veux ça!    

 

Je veux ça!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je veux mes ailes :p
» Bonjour, je veux devenir un pirate!
» Je suis le méchant et je veux tuer la gentille!
» Je le veux,
» Kastar toi ? tu veux ma photo ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum