Partagez | 
 

 Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ilmyde
avatar
Reina
Messages : 24
Age : 28
Âge de votre personnage : 23 ans
Classe : Algiz
Royaume : Ilmyde

MessageSujet: Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]   
01.12.14 19:59

La nuit tombait lentement sur Meinarest. Quelques étoiles avaient fait leur apparition, décorant ce ciel qui se dégradait doucement vers une couleur sombre ténébreuse. Seules lumières de cet espace temps, elles se dressaient ainsi, scintillants de temps à autre pour sublimer les regards qui oseraient se poser sur leur personne. Un champ de poussière lunaire se dispersait ici et là, de façon à compléter ce tableau idyllique, harmonisant de mieux en mieux cette obscurité qui semblait à présent bien plus chaleureuse. La lune brillait de mille feux, dispersant ses rayons par delà le feuillage des arbres, frappant avec douceur le sol d’une petite clairière, où les fleurs qui en tapissaient la verdure s’étaient fermés pour se reposer tranquillement en attendant l’arrivée du soleil. Non loin de cet endroit charmant, se trouvait un campement où un feu se dressait timidement, comme s’il avait peur de tenir l’image de ce paysage. Une tente, et une calèche de marchand se tenait près de l’habitat, sans le moindre cheval attelé pour le tirer, c’était là, le signe d’une halte pour un repos bien mérité. La monture vagabondait vers l’herbe fraîche et verdoyante, un festin digne de rassasier sa piètre faim. Au milieu de cette clairière que la lune illuminait de sa couleur argentée, se tenait une jeune femme à la chevelure crépusculaire. Ses yeux grenat fixaient intensément la voie lactée, comme si elle était à la recherche de quelques choses de précieux. Une réponse ? Un signe ? Peut-être qu’elle-même n’avait pas la réponse concernant l’objet de cette recherche, mais toujours est-il qu’elle continuait à fixer l’horizon, sans bouger, toujours dans cette expression quelques peu maussade. Pourtant, un soupir, un simple souffle d’air s’échappa hors de ses fines lèvres rosées, brisant ainsi la retenue de ce sentiment étrange qui l’enveloppait peu à peu. Était-il réellement primordiale de se laisser ainsi aller à la mélancolie ? La réponse était évidente et c’est en fermant ses yeux que la jeune demoiselle essayait de reprendre contenance, respirant calmement avant de laisser ses paupières s’ouvrirent à nouveau. Pendant qu’elle prenait le temps de se remettre de ses émotions, la magie du décor somptueux de cette clairière ne tarda pas à s’enclencher. Si certaines fleurs préféraient se fermer au monde nocturne, d’autres préféraient se parfaire pour offrir un spectacle bien plus majestueux aux yeux du monde.

Sous les yeux ébahis de l’algiz, un décor floral bleuté se dressait sur le parterre endormis, laissant quelques sphères s’élever au-delà du cœur de la plante pour graviter dans les airs et se confondre avec les lucioles qui survolaient de temps à autre cet environnement pour le moins charmant. Ce phénomène avait sûrement un lien étroit avec la magie, mais il semblait n’y avoir aucun autre signe de vie, ni la présence d’un quelconque magicien en ses lieux. Seule la beauté du paysage resplendissait gaiement, emportant avec elle toute forme de tristesse et d’inquiétude. S’agenouillant près d’une de ses fleurs lumineuses, l’index de la jeune femme osa s’approcher des boules lumineuses, effleurant celle-ci avec douceur, avant de l’aider à s’élever un peu plus haut dans l’atmosphère. En suivant le chemin de celle-ci, un sourire tendre et sincère s’afficha enfin sur le visage de Reina, brisant le trouble qui la rongeait intérieurement. Était-ce là le signe qu’elle attendait ? Probablement. Du moins la jeune femme préféra l’interpréter ainsi. Cela lui évitait bien des tourments et devant pareil spectacle, elle ne pouvait se permettre de se laisser aller à de funeste pensée. Des bruits de pas, s’approchèrent doucement de sa personne, c’était comme si polka — sa fidèle jument — sentait que sa partenaire avait besoin de compagnie. Caressant avec tendresse le museau de sa tendre amie, l’algiz préféra la rassurer avec quelques paroles, indiquant qu’elle allait mieux à présent. Elle-même le savait, elle ne pouvait continuer à se laisser aller de la sorte. Levant à nouveau son regard rougeâtre vers le ciel, la renarde effectua quelques pas lent, avant d’approcher ses mains du collier qu’elle portait depuis sa plus tendre enfance. Dedans, se trouvait un objet qui appartenait à ses défunts parents. Ce qu’il contenait ? Elle n’en savait guère, et jamais elle n’avait trouvée encore le courage de regarder à l’intérieur. Elle ne se jugeait pas assez forte encore pour recevoir ce dû qui lui appartenait maintenant. Ce collier était un souvenir précieux, un souvenir qu’elle ne pouvait — et ne voulait — effacer de sa mémoire. Il renfermait des émotions, des sentiments tellement forts qu’elle ne pouvait en défaire la symbolique. Souriant à cette pensée, ses yeux se fermèrent à nouveau, avant de laisser sa voix s’imprégner d’une vieille chanson que sa figure paternelle lui avait apprise après lui avoir remis ce présent.

« Ce monde a beau paraître anodin, il nous régale pourtant d’une somme d’amour incomparable que nous pouvons presque palper de nos mains. »

Sa voix n’était pas belle, ni enchanteresse. Elle était loin de surpasser les meilleurs ménestrels, mais l’ont pouvait  sentir les émotions qu’elle voulait faire passer à travers celle-ci.

« Toutes les personnes qui ont la foi ici-bas agiront en suivant l’instinct de leur amour inébranlable. Si je pouvais défier le destin, j’agirais en laissant tous mes sentiments me guider» Sa voix s’était tût quelques secondes pour chantonner avec douceur l’air de cette chanson, avant de reprendre le reste des paroles. « La lumière du futur sera, sans aucune doute, toujours présente tant que je continuerais d’aimer. Ceux qui ont la foi ne seront pas indécis, pour l’amour d’un désir pénétrant. Elevé par une lueur d’espoir, je continus d’être un homme bon. »

Au son de la voix de la renarde, on pouvait deviner l’air de cette mélodie. Elle était calme et délicate, exprimant un amour sincère et pur. Celle-ci pouvait paraître courte, mais elle exprimait bien plus qu’un long discours. Quand elle eut finie de faire porter sa voix, l’algiz se tût à nouveau, affichant un sourire mélancolique avant de se tourner vers sa jument. Elle n’était pas la meilleure interprète, mais parfois, cela faisait du bien de libérer son cœur à travers une composition musicale.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Sollvaec
avatar
Tomoé
Messages : 293
Age : 24
Âge de votre personnage : 26 ans
Classe : Héron niveau 3
Royaume : Sollvaec

MessageSujet: Re: Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]   
24.12.14 1:02

Qu'il était toujours bon de se promener, d'errer dans cette contrée malgré tout ce qu'il c'était passé, les vastes forêts d'Asmosa avait su conserver leur beauté. C'est donc d'humeur fort joyeuse que le blond s'extasiait de cette vision enchanteresse. Absorbé, occupé comme il l'était il n'avait pas fait attention à l'heure et forcément le soleil commençait déjà à se dissimuler au regard du monde. Surprit de cette baisse de luminosité le ménestrel se dit qu'il était urgent de trouver un endroit tranquille, et sur si possible, pour y passer la nuit.

D'abord il fallait savoir exactement où il se trouvait, coup d’œil rapide, sens ouvert, il tendait les oreilles prêt à écouter ceux qui voulait bien parler, plantes, vent, peut importe. Cela ne tarda pas à arriver, il était chanceux, le vieux chêne était bavard ce soir. Bon heureusement pour lui il n'était pas très très loin d'un endroit parfait pour y passer la nuit, il devenait magique sous les rayons de la Lune: la clairière aux fleurs, un parfait tapis pour dormir.

Il se mit donc en route et ramassant sur son chemin grandes branches, mousses et du petit bois qu'il fourrait rapidement dans ses poches. Le tout pour se faire un abris douillet et un feu, il ne pouvait pas se permettre d'attraper froid, de perdre ou fragiliser sa voix, il en avait trop besoin. Il fut vite chargé comme une mule, ce soir monsieur dormirait dans un palace "spacieux", il pourrait se retourner sans tout détruire, normalement. Peu avant d'arriver à destination il se stoppa, arrêté net par une mélodie qui volait dans l'air.

Celle-ci semblait venir de la clairière, a priori il n'était pas le seul à avoir cette idée, il allait devoir partagé ce petit coin de paradis et de plénitude. Enfin ça il n'allait le décider qu'une fois qu'il serait sur que la chanteuse qu'il entendait ne le tuerait pas dans son sommeil, même si, selon lui, une si jolie chanson ne pouvait venir de quelqu'un de mauvais. Il se rapprocha doucement, et jeta un coup d’œil vers l'origine du chant et il s'avéra qu'il semblait avoir raison puisqu'elle provenait d'une jeune femme rousse.

Il se servit tout de même de son don, on ne juge pas un libre à sa couverture après tout. Ilmyde, les loups contre le monstre, le mal... nostalgie, mal être voila ce qu'il ressentait, de manière résiduelle certes mais cela ne lui plus pas du tout. Il allait faire en sorte de chasser les tracas de cette jeune personne, voila l'activité qui l’occuperait en cette belle soirée. Il sortit du bois tout souriant, des petites branches plein les poches, les bras chargés de plus larges, feuillues et de mousse.

-Quelle belle mélodie et quelles belles paroles! N'est-ce pas un chant typique d'une région d'Ilmyde? Oh pardon! Je vous ai peut être fait peur, cela n'était pas dans mes intentions. Je pensais dormir ici ce soir et je vous trouve ici! N'est-ce pas un endroit fantastique? Pensez-vous que nous pourrions cohabiter? Il se stoppa une demi-seconde.Quel malpoli je fais, désolé! Tomoé, ménestrel ambulant, ravi de vous rencontrer!

Bavard lui? Jamais...

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Ilmyde
avatar
Reina
Messages : 24
Age : 28
Âge de votre personnage : 23 ans
Classe : Algiz
Royaume : Ilmyde

MessageSujet: Re: Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]   
08.01.15 16:58

Dès que son chant se tût dans le silence le plus total, Reina décida qu’il était temps de revenir auprès de son petit feu de camps. Celui-ci n’allait pas s’entretenir tout seul et de plus, elle devait le conserver actif jusqu’à ce que le sommeil la gagne. Alors qu’elle empoigna avec douceur les rennes de sa jument pour l’emmener avec elle, des bruits de pas et de branche cassant sous l’impact d’un lourd poids se fit entendre au loin. Plus clairement vers une direction opposée à sa destination. Faisant rapidement volte face, tout en écartant sa jument de quelques pas, la demoiselle se tourna brutalement en direction du bruit. Son regard était méfiant et sa position était clairement sur la défensive. Elle n’était pas armée, ou du moins elle ne possédait pas d’armement spécifique aux hommes, mais elle n’était pas totalement sans défense. Pour cause, sa nature animale spécifique aux algiz se montrerait bien plus dangereuse encore que la lame d’un couteau aiguisé. Même si le renard n’était pas la bête la plus dangereuse au monde, elle savait se défendre avec ses crocs et son esprit rusé. Levant son regard sur l’origine du vacarme, la jeune femme fut étonnée de voir s’avancer un jeune homme avec comme approche un sourire jovial et réconfortant, comme s’il était heureux d’avoir trouvé une quelconque présence dans ses bois magnifiques, mais pour le moins solitaire. Elle fut encore plus surprise de voir que celui-ci ne possédait comme seule arme des branches, des feuilles et de la mousse, sûrement de quoi se construire un petit abri pour la nuit. À moins que le jeune homme était aussi un fervent adorateur de la nature. Les deux options n’étaient pas impossibles.

Reina avait toujours appris à ne pas juger une personne par son apparence, ni par l’image qu’il reflétait, mais elle devait bien avouer qu’il n’avait pas l’air d’être un danger imminent. C’était même le contraire, il semblait plutôt doux et gentil. Un peu comme un agneau. Le regardant avec une curiosité peu retenu, la demoiselle aux cheveux crépusculaires écouta avec attention le jeune homme tout en gardant une distance raisonnable au cas où. Alors qu’il déversait ses paroles avec une facilité déconcertante, l’algiz se mit soudainement à rougir de honte en constatant que celui-ci l’avait entendu élancer sa voix dans un chant plutôt mélancolique. C’était bien la première fois qu’elle tombait sur un public aussi minime soit-il. Chanter devant sa jument ne la gênait guère, mais devant une tout autre personne c’était autre chose. La rougeur enveloppa rapidement ses joues, faisant partir la teinte qu’elle avait l’habitude d’aborder. Les mots, se bousculaient dans sont esprits, n’arrivant pas à sortir au-delà de sa gorge. Pour la première fois depuis fort longtemps, Reina se sentait bien médiocre. Pourtant, elle ne voulait pas se laisser aller ainsi et se rendre encore plus ridicule. Prenant une forte inspiration, la jeune femme essayait de chasser vivement sa gêne reprenant rapidement contenance pour ne pas perdre le fil de la discussion avec le fameux Tomoé. C’était ainsi qu’il s’était présenter. Il possédait là, un prénom d’une sonorité douce et réconfortante, ce qui fit sourire la jeune renarde. Alors qu’il annonça brièvement son métier et la raison de sa venue dans ses lieux, la demoiselle se sentit étrangement hors de danger. Peut-être était-ce à cause de ses paroles, mais il était clair que le blondinet ne possédait aucune mauvaise intention. Cela se voyait à sa démarche, au timbre de sa voix et surtout de la façon qu’il avait de se comporter. Baissant peu à peu sa garde tout en prenant une posture un peu plus détendue, Reina afficha un sourire tout aussi jovial sur ses lèvres, avant de répondre et de lancer à son tour la discussion.

« Mince, je ne pensais pas avoir un public, surtout en ses lieux… J’espère que je ne t’ai pas trop cassé les oreilles au moins. » Elle préféra ouvrir le bal avec un peu d’humour, de quoi se détendre elle-même sur cet événement avant de continuer sur sa lancée. « Je dois avouer que tu as raison, cet endroit est même bien plus que magnifique… Il est magique. Un bien bel endroit pour une bien belle rencontre on dirait. Enchanté Tomoé ! Moi c’est Reina, et je te présente ma campagne de route Polka. Pour ce qui est de la cohabitation… » La roussette regarda brièvement les bras, et les poches de son nouveau compagnon d’infortune avant de sourire à nouveau et d’annoncer d’une voix guillerette. « Je ne possède pas un château digne d’un grand roi, mais peut-être voudrais-tu dormir dans des couvertures un peu plus chaude avec la chaleur d’un bon feu de bois que dans de la mousse et des feuillages? J’ai aussi de quoi t’offrir le couvert si tu le désires, il vaut mieux dormir le ventre plein que vide n’est-ce pas ? »

La pauvreté Reina ne connaissait que trop bien, et de plus, elle n’aurait pas eu le cœur à laisser le jeune homme seul dans un coin, pendant qu’elle profitait du luxe d’un confort rare. L’éducation de l’algiz renard lui avait appris à partager, surtout quand quelqu’un était dans le besoin. C’est donc le plus naturellement du monde qu’elle proposa ce maigre bien-être à ce nouveau compagnon. Invitant le ménestrel à la suivre d’un signe de tête, la demoiselle attrapa aussitôt les rennes de sa jument, l’approchant de la chariote qui transportait sa marchandise avant de se poster près de sa tente tout en faisant visiter son petit campement à Tomoé. Bon la visite ne fut pas bien longue, mais au moins ça donnait un peu plus de convivialité.

« J’espère que t’aime les légumes… Je n’ai que ça à t’offrir désolée. Si tu veux, tu n’as qu’à dormir à l’intérieur de la tente ce soir, ça ne me dérange pas de dormir dehors, de plus Polka sera là pour me réchauffer. Donc tu n’as pas de soucis à te faire. »

Il arrivait parfois que la jeune demoiselle préférait dormir auprès de sa partenaire de route. Une façon comme une autre de briser la solitude en somme. Alors qu’elle sortait quelques légumes de son sac pour préparer un plat rapide mais nutritif, Reina leva son regard rougeâtre sur le jeune blondinet. Il y avait une question qu’elle n’avait pas encore osée poser, mais cette fois elle se permit de le faire, trouvant le courage nécessaire pour faire sortir les sons hors de ses lèvres.

« Tout à l’heure, tu m’as bien demandé si ce que je chantais était bien un chant de la nation d’Ilmyde, c’est bien ça ? Dois-je comprendre que tu as une sacrée connaissance dans le domaine ? Ou du moins… » Elle marqua une bref pause avant de répondre. « À moins que tu ne sois toi-même un algiz non ? Ne t’en fais pas, je ne te jugerais pas là-dessus, au contraire. Disons que… Comme tu l’as bien compris, je viens de là-bas. »

Elle ne pouvait pas vraiment se cacher, car son identité avait déjà été démasqué sans le vouloir, et qui sait, peut-être que Tomoé était lui aussi une personne comme elle. Qu’ils étaient de la même nation. Enfin du moins, elle ne pouvait pas imaginer d’hors et déjà qu’il était un peu plus différent qu’un algiz lambda.

« Oh, au fait tu peux me tutoyer ! C’est plus convivial et moins pompeux si tu préfères. Cela évite de faire un fossé et de marquer des distances. »

C’était ainsi que Reina voyait les choses et autant dire qu’elle ne se gênait pas pour faire de même.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Sollvaec
avatar
Tomoé
Messages : 293
Age : 24
Âge de votre personnage : 26 ans
Classe : Héron niveau 3
Royaume : Sollvaec

MessageSujet: Re: Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]   
16.01.15 18:20

Comme à son habitude il avait parlé en toute franchise sans penser un instant que cela gêne qui que ce soit mais il semblerait que celle fois ci il venait d’embarrasser la jeune personne. Trop habituer à chanter en public et à parler librement le blond oubliait parfois que les gens pouvaient être gêné d'avoir été entendu et de recevoir des commentaires. Le visage de la rousse s'empourpra et elle semblait chercher ses mots... Oups, il avait perdu une occasion de se taire on dirait.

Et voila qu'à son tour il ressentait un malaise, être trop sensible, ouvert à l'autre de la sorte n'était vraiment pas un cadeau tous les jours. Il devait avoir les joues rosées mais celles-ci reprirent leur couleur normale assez rapidement la renarde avait réussi à se reprendre plutôt rapidement. Et oui il savait qu'il avait affaire à une renarde, pudique quant à son chant puisqu'elle ne le pratiquait jamais en public... Ok, c'était assez pratique de savoir lire dans les pensées! Il rigola doucement à son interrogation.

-Oh non, ce n'était vraiment pas si mal. Lorsqu'on chante avec son cœur, qu'on y met de l'émotion ce ne peut être que bon il me semble. Il la fixa sérieusement un instant avant de sourire. Enchanté Reina! Polka, dit-il en inclinant la tête devant la jument, avant d'accepter avec joie la proposition de sa maîtresse. Dormir dans une couverture... Je n'ai pas fait ça depuis un moment!

Elle lui proposait de le faire manger. Cette demoiselle était vraiment très serviable et gentille, il ne pouvait refuser une proposition si alléchante. Lorsqu'elle lui fit un signe de la tête pour la suivre il obtempéra tout en pensant à celle que ses parents feraient, il faisait si peine qu'on lui faisait "l’aumône", lui fils d'une grande famille "respectable". En tout cas l'endroit était accueillant avec une tente et un feu réconfortant!

Par contre il était hors de question qu'il la laisse dormir dehors, c'était son campement, il ne voulait pas s'imposer de la sorte, ni abuser de son hospitalité. Il posa ses affaires et ses fesses près du feu crépitant, et entassa son amas de branches et de mousses. Il faisait plutôt doux, il regarda le ciel, la pluie ne semblait pas vouloir les embêter, il serait très bien là! Il se saisit de son sac et farfouilla dedans en répondant à son hôte.

-Oh oui j'adore ça! Je dois avoir du pain quelque part et de la viande séchée si cela vous tente. Par contre je ne me permettrais pas de prendre la tente, je dors la plupart du temps dehors donc ça me va!

Trouvé! Il savait qu'il n'avait pas tout mangé, il déplia un sachet contenant un morceau de viande aux herbes odorante qu'il posa entre lui et la jeune fille accompagné de son couteau un peu émoussé. Méfiante, elle semblait l'être, il faut dire que malgré les bouleversements les algizs n'étaient pas toujours bien accueillis. En tout cas elle n'avait pas à l'être avec lui, il lui sourit gentillement, comme pour être rassurant.

-Je préfère aussi le tutoiement. Je ne viens pas vraiment d'Ilmyde, j'y ai beaucoup voyagé, je voulais en connaître plus sur sa culture. En réalité je viens de Sollvaec, c'ets par curiosité que je me suis intéressé à ce pays, après tout mes ancêtres, très lointain, y ont habité. Tu as raison nous sommes similaires, par contre je ne suis pas un Renard mais un Héron. Pas trop surprise j'espère, je sais qu'on ne croise que très peu d'Hérons sur les routes de Meinarest.

Bruit d'estomac, rire gêné, le ménestrel coupa des bouts de viande et en pris un pour le fourrer dans sa bouche.

-Que fais-tu si loin de ton pays? Contrairement à moi il est risqué pour toi de voyager ici.

La soirée s'annonçait belle.


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]   

 

Beauté nocturne. [Pv: Tomoé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» schéma nocturne
» Figs de toute beauté warhammer
» Samedi 19 Juin - Nocturne Zombies : Death Camp - Belcodène
» De la beauté de l’univers, du nombre d’or et des desseins du Très-haut
» Tout les sujets de Jako pour la beauté des yeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum