Partagez | 
 

 Non ! Vous faites erreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Asmosa
avatar
Ahel
Messages : 13
Age : 23
Âge de votre personnage : 22
Classe : Archer
Royaume : Asmosa

MessageSujet: Non ! Vous faites erreur   
25.01.15 23:40

Au cours de mes pérégrinations de ces derniers temps, j'étais arrivée il y a deux ou trois jours dans la cité de Neverria. Une bien jolie ville que je n'avais jamais visitée au par avant. Lorsque je voyageais avec les miens, nous n'y étions pas acceptés. Seule, j'étais juste une clientes, touristes ou mendiantes de plus. Bon le dernier cas étant peu probable armée d'un arc.
Il me fallait donc faire une halte dans cette région pour réapprovisionner. Certes je chassais, mais cela prenais du temps et parfois, en cas de loupé plusieurs jours, alors oui je devais acheter de la nourriture sous peine de finir desséché au bord de la route.
Pour couronner le tout, je n'avais plus de cordes de rechanges, enfin bref il fallait faire quelques emplettes et le dernier contrat en Kireïde avait un peu plus remplie ma bourse même si ce n'était pas énorme. Sans travail je ne pourrais payer guère plus qu'une semaine à l'auberge.

La rue marchande était bondée aujourd'hui et baignée sous un beau soleil. Une journée des plus agréable, l'odeur de la pluie matinale se faisait encore sentir néanmoins, je n'avais jamais aimée cette dernière d'ailleurs, je me sentais sale à chaque fois ! Ridicule.
Plusieurs fois des passants me heurtèrent et trouvèrent le moyen de râler comme quoi mon arc prenait trop de place, certes, il fauchait quelque personne mais il fallait apprendre à ouvrir les yeux aussi ! Je décidais donc de le prendre à la main pour limiter les dégâts et éviter qu'il ne se brise à force de subir des tensions irrégulières et venant de n'importe où mais un garde me conseilla gentillement de le rengainer, par "prévention" dit-il accompagné d'un "Que je ne vous recroise plus !".

Trouver son bonheur était compliqué dans une telle fourmilière et ce n'est que deux heures plus tard qu'il se passa quelque chose, non pas une superbe trouvaille mais un peu d'agitation.
Alors que je m'apprêtait à payer un commerçant, une personne me percuta violemment jusqu'à me projeter au sol, une autre femme proche de moi était elle aussi tombée sous la violence du choc et ma bourse était étalée par terre lestée de quelques pièces éparpillées sur les pavés.

- Vous allez bien ? Lui disais-je en lui tendant une main pour la relever .

C'est au même moment qu'un groupe de trois hommes en armes arrivaient en trombe dans le cliquetis caractéristique des armures. Une fois à nôtre niveau le premier homme se je ta sur l'inconnue la plaquant à nouveau au sol tandis que les deux autres faisaient un peu de place autour de nous.

Sauf si je ne m'abuse, j'étais certaines qu'ils s'agissait de gardes et qu'ils prenaient cette femme pour la personne nous ayant percutée.
Voir le profil de l'utilisateur
Sollvaec
avatar
Driss
Féminin Messages : 7
Age : 22
Âge de votre personnage : 27
Classe : Prêtresse guerrière
Royaume : Sollvaec

MessageSujet: Re: Non ! Vous faites erreur   
07.02.15 12:52

-
Hé, vous ! Vous bloquez le passage !

Quelque chose percuta l'épaule de Driss, qui jeta un régard désorienté autour d'elle - pour finalement rencontrer celui d'un marchand hagard. Ce n'était ni le premier, ni le dernier épisode d'une longue, longue série de bousculades qui avait commencé dès qu'elle avait franchi les portes de la ville. L'ex-Seconde s'était un jour crue habituée à la foule, après des années passées à Sollvaec ; mais le cortège dispersé de nobles des hauts quartiers n'était rien comparée à l'animation des rues de Neveria.

Plusieurs fois Driss s'était retrouvée dans le passage d'un paysan ou d'un chariot de légumes, et elle ne comptait plus le nombre de regards torves qu'on lui avait adressés. Que ces gens étaient pressés ! Malgré tout, les ruelles fourmillantes de la ville étaient à son goût. C'était la première fois qu'elle visitait une ville depuis son arrivée sur le continent, et les locaux étaient, à ses yeux, très charmants et rustiques (une opinion naïve qui aurait valu à la prêtresse une fourche plantée entre les deux yeux si d'aventure un local l'entendait, mais qui était, à ses yeux de jeune femme élevée dans le confort, tout à fait normale). Enfin, elle observait le peuple de ses propres yeux, et non pas par l'intermédiaire de quelconques rumeurs !

Très peu consciente des regards que son accoutrement attirait, la jeune femme s'arrêtait nonchalamment à chaque étal, observant paisiblement les marchandises. Les rois s'en vont et s'en viennent, mais la nécessité de gagner son pain demeurait afin de garder l'âme chevillée au corps. Ici, la vie continuait, quels que soient les événements qui façonnaient l'avenir. Se tenir coi dans un village tranquille  tandis que les principaux protagonistes exécuteraient la pièce qui les attendait ; l'idée semblait tentante à Driss alors qu'elle déambulait dans la rue animée.

Ses pensées furent interrompues par une collision plus violente que les précédentes qui l'envoya rejoindre le sol terreux. Elle s'apprêtait à se confondre en excuses auprès d'un marchand ou d'un travailleur lorsqu'elle remarqua qu'une jeune femme avait également été bousculée. Son apparence était peu commune, songea Driss : elle tenait plus de la chasseuse que de l'aventurière, et plus de l'aventurière que de la citadine. Ce qui était certain, c'est qu'elle n'était pas d'ici.

- Excusez-moi, débuta Driss alors qu'elle saisit la main de l'inconnue, je devrais faire plus attention à où je pose les pi-

Deux mains gantées interrompirent la tentative de Driss de se rétablir et la plaquèrent soudainement au sol sans délicatesse. Par pur instinct, sa main droite vint saisir le pommeau de son épée, mais un second homme en armure pointa la sienne vers son visage.

- N'y pense même pas, chapardeuse !
- Je... quoi ?

Un regard vers les pièces éparpillées au sol éclaircit la situation.  Elle comprit qu'ils l'avaient certainement confondue avec la personne qui les avait bousculées, et que quelqu'un avait sommé les gardes de l'appréhender.
Sans compter que le regard confus, l'accoutrement inhabituel et la hâte de Driss à vouloir se défendre jouaient en sa défaveur. Par Vaec...
Elle ouvrit la bouche pour s'expliquer, mais nota leurs regards obtus. Inutile d'espérer les raisonner.
Voir le profil de l'utilisateur
Asmosa
avatar
Ahel
Messages : 13
Age : 23
Âge de votre personnage : 22
Classe : Archer
Royaume : Asmosa

MessageSujet: Re: Non ! Vous faites erreur   
10.02.15 1:02

Saisissant rapidement la situation, je regardais rapidement dans la direction où était parti le voleur présumé, mais il était bien trop tard pour espérer l’apercevoir à travers la foule et les gens commençaient à se rassembler autour de nous profitant de l'occasion pour se divertir et d'autres simplement en train de satisfaire leurs curiosités.

- Messieurs ! Excuse moi mais je pense cette fille tombée comme moi, Causez à ce marchand, je réglais la bourse !

Ok, ma phrase sonnait faux vu le regard incrédule du garde qui retrouva rapidement le chemin de la réalité.

- Écoute petite, tu n'as pas de problèmes alors évite de t'en créer. Et bon dieu, je ne comprends rien à ce que tu racontes.

En effet je n'avais pas de problèmes, me taire était la solution facile mais laisser quelqu'un se faire corriger pour une faute qui n'étais pas la sienne serait contraire à ma moral, bien que la tentation était là, cette histoire me trotterait dans la tête bien trop longtemps.
Un coup d'oeil au sol... c'était moyen, pas mal de mon argent était encore répartis sur le sol, mais le ramasser laisserait les gardes embarquer la jeune femme sans que je ne dise plus rien. L'aider et je perdrai ces pièces durement acquise et en prime, je n'aurais pas mes achats... cordes, vivres... Non sa craignait décidément trop !
Même dans l'idée folle de se battre, un arc sans corde... non ! C'était idiot, de plus leurs épées pourraient presque nous égorger en dégainant tellement nous étions proches.

Prenant une ou deux secondes pour bien choisir mes mots cette fois-ci...

- Je vous le répète, vous faites erreur. Peut être que votre fessier est trop lourd pour courir à la recherche du vrai voleur, dans ce cas je comprends vôtre flemmardise noble monsieur.

Le garde ne prit pas la peine de répondre. Il se contenta juste de s'approcher un peu plus et esquissa un geste visant à m'attraper le bras.
Réflexe ou geste prémédité ? Un peu des deux, le surprenant je lui rentrais dedans assez violemment pour le faire reculer. Mon pied vint se fracasser contre la cotte de maille du garde en train d'immobiliser la jeune femme. Quelle idiote ! Je n'avais pas de botte cloutées ou je ne sais quelles autres formes de chausses digne de ce nom .
Enfin se dernier libéra sa prisonnière pour se défendre.
Sans même prendre le temps de regarder si mon action avait réussi je m'élançais dans la même direction que le voleur.

Un "Attrapez-les ! " Lancé par les gardes m'indiquait que la jeune femme partait aussi. Il faudrait se faire discrète à partir de maintenant... Était-elle derrière ?
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Non ! Vous faites erreur   

 

Non ! Vous faites erreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et sinon, vous faites quoi le mercredi soir?
» fabriquer ses pions. Oui mais comment vous faites vous ?
» Vous faites tous chier !
» Je suis content !
» Courts-métrages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum